SOMMAIRE
>> Télécharger la revue de presse de septembre 2011 pdf, 36 pages
La feuille de route proposé par la Troïka de la SADC a été signée le 17 septembre par 10 des 11 fomations politiques reconnues.
La HAT qui avait menacé de faire signer sa propre version de la feuille de route s'est ralliée au dernier moment à la version "officielle", agréée par la Troïka. Mais aussitôt signée, la mise en oeuvre de cette feuille de route a relancé les controverses, les formations proches du pouvoir ne semblant pas très désireuses de jouer le jeu et de remettre en cause la répartition des postes ministériels ainsi que dans les institutions de la Transition. La question du retour de Marc Ravalomanana a largement contribué à alourdir le climat. Andry Rajoelina a pu participer à l'AG des Nations Unies mais il n'a pas été reçu par le président de la Commision Européenne, comme il l'excomptait. Les bailleurs de fonds font preuve de prudence et attendent de voir si les engagements pris seront tenus. La reconnaissance internationale et la reprise des aides extérieures en dépendent.
LA CRISE POLITIQUE
- Controverses précédent la signature de la feuille de route du 17 septembre
- Controverses sur la mise en œuvre de la feuille de route
- Médiation malgacho-malgache – société civile – l'avant et l'après 17 septembre
- Préparation des futurs scrutins - calendrier, CENI
- Situation sociale – mesures d'urgence – crise universitaire
- Relations diplomatiques – réactions à la signature de la feuille de route
- Disparition de Nadine Ramaroson – Wikileaks – divers
- La SADC tente de prévenir la signature d'une version non agréée de la feuille de route
- La Troïka de la SADC obtient la signature de la feuille de route par 10 des 11 formations politiques

DROITS HUMAINS -GOUVERNANCE

ECONOMIE - SOCIAL - ENVIRONNEMENT
- Relations avec les bailleurs de fonds et les organisations internationales
- Questions foncières, ressources naturelles, environnement
- Monde des affaires, exportations
- Divers    
-----------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------
-----------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------
ARTICLES REMARQUES - SEPTEMBRE 2011
-------------------------------------------------------
<> articles particulièrement signalés - <>doc documents à valeur permanente.
-------------------------------------------------------

- 29 09 11 - La Gazette - Edito - Reconnaissance internationale : Le régime sous surveillance
Bilan mi-figue mi-raisin pour Andry Rajoelina à son retour ce jour d’Amérique et d’Europe. A l’étranger, la signature de la feuille de route fut accueillie avec un intérêt poli, mais n’a pas ouvert toutes les portes. La méfiance et les réticences persistent et la reconnaissance internationale pleine et entière ne sera obtenue qu’au bout d’un cheminement long et tortueux. Le régime de transition aujourd’hui est sous surveillance et ses faits et gestes sont épiés avec attention. L’acte qui pourrait valoir à Andry Rajoelina le soutien sans réserve et l’entière sympathie de la communauté internationale consisterait à confirmer sa déclaration solennelle du 12 mai 2010, selon laquelle il ne se portera pas candidat à la prochaine élection présidentielle.
- 28 09 11 - Swissinfo - Les criquets menacent le sud de Madagascar exsangue
Malgré une bonne saison des pluies, le sud de Madagascar peine à se relever de trois années de terrible sécheresse. Et déjà, un autre fléau menace: l’invasion des criquets, favorisée par la crise politique qui frappe la Grande Ile.
- 27 09 11 - Jeune Afrique - Rémi Carayol - Marc Ravalomanana wanted !
La feuille de route signée, l’ex-président malgache pensait pouvoir rentrer au pays. Mais il est désormais un homme traqué.
- 26 09 11 - Tananews - Une feuille de route qui s'est transformée en sortie de route : Marc Ravalomanana s’est fait avoir comme un bleu
Marc Ravalomanana aurait-il pêché par excès de confiance ou est-ce tout simplement de la naïveté ? Le piège s’est refermé et la messe était dite pour le président déchu.
- 23 09 11 - AG de l'ONU - Madagascar appelle tous les partis politiques à s'unir en faveur de la transition
ONU - Discours d'Andry Rajoelina à la 66ème AG des Nations Unies
Andry Rajoelina accède enfin à la tribune des Nations Unies. Après les essais non concluants de 2009 et 2010, la HAT a réussi à accéder à la prise de parole de l’AG de l’ONU, mais Andry Rajoelina a tiré le mauvais numéro : il fut le dernier intervenant au programme, passant derrière la Micronésie, les Comores et Kiribati, à un moment où la salle était déjà clairsemée, fait remarquer La Gazette. Le quotidien Les Nouvelles, au contraire, ne ménage pas son plaisir de constater que le président de la Transition est désormais entré dans la « cour des grands », ce qui est tout à l’honneur du peuple et de l’actuel gouvernement. Pour le quotidien, la reconnaissance internationale de la Transition avance à grands pas. L'article 34 de la feuille de route stipule cependant que la « reconnaissance internationale du président et du gouvernement de transition de Madagascar [n'intervient qu'] après la mise en place des institutions de la transition inclusive et consensuelle ». Les réunions des représentants des groupes politiques censés entamer les discussions pour sa mise en œuvre de la feuille de route avant le retour d'Andry Rajoelina de New York confirme que le processus de sortie de crise sera une tache périlleuse, notamment lorsqu’il met en jeu la clé de répartition des postes à pourvoir...
- 22 09 11 - La Gazette - Edito - Adelson Razafy - Extradition de Marc Ravalomanana : Le droit international s'y oppose
S’agissait-il d’un gag ? On a tendance à le croire quand on voit le large sourire, affiché par le général Richard Ravalomanana et les officiers qui l’ont entouré, lors de sa conférence de presse. On ne croît pas un seul instant à la réussite du projet : envoi d’un commando de dix militaires pour extirper Marc Ravalomanana en Afrique du Sud et le ramener (peut-être pieds et poings liés) à Madagascar. En tout cas, même si nos autorités militaires se montrent, à l’occasion, particulièrement répressives, elles ont aussi un sens de l’humour très marqué. En apprenant la nouvelle, beaucoup ont ri de l’énormité de la chose…
- 22 09 11 - Tribune - Edito - Ndimby A. - Feuille de route "mora"
"Je me demande vraiment pourquoi tant de monde s’extasie à chanter hosanna pour la signature d’une Feuille de route qui ne change absolument rien à la situation. Feuille de route, feuille de doute, feuille de déroute… Il y a autant d’appellations possibles qu’il y a eu de versions du document, à cause des simagrées de Simão, suivies par les salamalecs de Salomão. Une fois encore, une fois de plus, la diplomatie africaine (ou plutôt la diplomatie à l’africaine) ne sort pas grandie de la façon dont elle a tenté de gérer la présente crise. Il faudra qu’un jour la lumière se fasse sur les raisons du retournement de veste soudain de certains médiateurs de la SADC. On ne peut que rester pantois devant un tel niveau de versatilité et d’amateurisme diplomatique"
- 21 09 11 - L'Express - Humeur - Sylvain Ranjalahy - Explication punitive
De la note explicative, on passe à l'expédition punitive. La mise en œuvre de la Feuille de route, signée le 17 septembre, ne semble pas avoir attendu la mise en place du bureau de liaison de la SADC. Chacun y va de son interprétation. On ne comprend pas pourquoi les partisans de Marc Ravalomanana ont jubilé au lendemain de la signature alors que la note explicative est ni plus ni moins un mandat d'arrêt contre lui, une autorisation de rentrer à Tsiafahy.
<>doc  20 09 11 - Tananews - Réactivation de  deux mandats d'arrêt à l'encontre de Marc Ravalomanana
Le Procureur Général a confirmé le 17 septembre , quelques heures après la signature de la feuille de route, les mandats d'arrêt décernés à l'audience à l'encontre de Marc Ravalomanana suite à ses condamnations à 5 ans de travaux forcé pour «détournement de deniers publics et complicité d'abus de fonction», mais également aux travaux forcés à perpétuité pour « complicité de meurtre avec guet-apens ». Ordre est ainsi donné à  tous les responsables de la police judiciaire  de « l'arrêter et de le conduire à l'établissement de détention le plus proche ». La feuille de route, le droit international et les droits de l’homme autorisent l’ancien président à rentrer au pays mais la Justice malgache entend affirmer son indépendance. La ministre affirme que Marc Ravalomanana devra répondre de ses actes, même si la possibilité de faire appel lui est reconnue, ayant été condamné par contumace. Une position conforme aux dispositions de la SADC qui « ne peut pas s’immiscer dans les affaires malgaches » ni « faire l'impasse sur la souveraineté de Madagascar ».
- 19 09 11 - Tribune - Edito - Patrick A. - Et maintenant ?
« La » feuille de route est signée, mais rien ne semble plus clair que le jour d’avant. Voilà qui nous laisse passablement dans l’ombre et voilà une manière élégante de nous dire que le gros du travail a été délibérément repoussé à plus tard. Le retour de Marc Ravalomanana se fera donc « sans conditions », mais la note explicative qui a fini par convaincre les durs de la HAT (et sans doute l’armée) laisse augurer que ce retour ne sera pas dénoué de risques et périls politiques...
- 19 09 11 - L'Express - Humeur - Lova Rabary Rakotondravony - Inquiètudes ?
Un nouvel accord signé. Le troisième en deux ans et demi de crise. « Nous serons très attentifs à sa mise en oeuvre », martèle le chargé d’affaires de la délégation de la commission européenne. La mise en oeuvre. Là où les précédents accords ont trébuché. Les acteurs politiques  respecteront-ils, cette fois-ci, leur signature ? Réussiront-ils enfin à s’entendre sur ces détails qui font s’entredéchirer les hommes politiques sous nos cieux ? La signature n’est qu’une étape.
<>doc
19 09 11 - Tribune - Document - Feuille de route - Engagements des acteurs politiques Malgaches
Les engements pris par les 10 formations signataires portent sur 44 points, répartis en 4 chapitres : Institutions de la Transition, Cadre Électoral, Mesures de Confiance et Efforts de Réconciliation Nationale, Mécanismes de Mise en Œuvre et d’Accompagnement de l’Accord.
<>doc
  17 09 11 -Tribune - Note explicative de la Troïka de la SADC sur l'article 20 de la feuille de route
La mission de la Troïka obtient la signature de la feuille de route par 10 des 11 formations politiques, au terme d’une journée fertile en rebondissements. Feuille de route prévoyant un retour « sans condition » des exilés politiques, y compris de Marc Ravalomanana, mais avec une « note explicative » évoquant le droit de libre circulation des citoyens d’un pays, couplé avec la souveraineté nationale et celle de la justice d’une Nation membre de la SADC.
- 15 09 11 - Tribune - Edito - Patrick A. - Elections et temps perdu
La situation politique semble affreusement compliquée, mais elle s’est pourtant largement décantée depuis quelques mois. Malgré un baroud d’honneur des trois mouvances sur la question de la nomination d’un Premier ministre issu de leurs rangs, l’essentiel des débats porte désormais sur le fameux article 20 et le retour de Marc Ravalomanana : quand ? Comment ? Sur ce point, les choses ont au moins le mérite d’être actuellement claires, entre ceux qui veulent le retour immédiat de l’ancien Président pour qu’il puisse se présenter aux élections présidentielles, et ceux qui entendent le faire passer par la case « Prison ». On est loin des ambiguïtés de l’époque des « accords » de Maputo, où l’on évoquait une belle loi d’amnistie « générale » qui ne couvrirait ni n’exonèrerait « les violations graves des droits de l’Homme et des libertés fondamentales » et n’annulerait pas « les crimes et délits constitutifs d’atteintes à la vie et à l’intégrité physique des personnes ».
<> 14 09 11 - Tribune - Amnesty International rencontre le Premier ministre
Christian Mukosa, juriste et chercheur au siège du secrétariat international d’Amnesty a été reçu par le Premier ministre Camille Vital . En mission à Madagascar pour deux semaines et accompagné de Lindley Couronne, directeur d’Amnesty Maurice, Christian Mukosa a fait part au Premier ministre des préoccupations d’Amnesty relatives au respect et à l’application des droits de l’homme dans la Grande Ile.
- 14 09 11 - Le Courrier – Edito - N. Randria et Raw - Amnesty es-tu là ?
Le quotidien s'étonne du silence de l'organisation internationale sous les régimes précédents qui se sont illustrés par de multiples atteintes aux droits de l'homme. Il met en cause l'impartialité de ces "visiteurs étrangers".
- 13 09 11 - SlateAfrique - Philippe Randrianarimanana - La crise malgache vue par l'Oncle Sam
Washington apprécie moyennement l'intrépide Andry Rajoelina, mais n'a guère d'illusion sur l'incorrigible Marc Ravalomanana. Derrière ce duel se cache un autre match opposant les Etats-Unis à la France. L'Oncle Sam avait-t-il choisi le mauvais cheval à Madagascar ? Selon la sociologue Paul Rabary, aussitôt que Paris et Washington se seront mis d’accord sur la personne à installer au pouvoir (une personne suffisamment crédible de leurs points de vue), la crise sera résolue.
- 12 09 11 - Tribune - Edito - Ndimby A. - Gasy cherchent ophtalmo'
De la crise malgache née en 2009, on peut dire tout et son contraire. Toutefois, dans tous les cas de figures, une chose est indiscutable : la naissance et l’enlisement de la crise plongent leurs racines dans un grave problème de vision des hommes politiques et d’une partie de la population malgache. Pour certains, les coups d’États et les mouvements populaires doivent être considérés comme un mode d’alternance acceptable à Madagascar. Au moment de rechercher une sortie de crise pérenne et qui ne jette pas les germes du prochain coup d’État, il est donc important que tout le monde rectifie sa vision pour regarder la situation avec objectivité, et dépasser les comportements qui nous ont plongé et maintenu dans cette crise. La signature cette semaine d’une feuille de route dans des conditions aussi floues se fera-t-elle avec les lunettes nécessaires ?
- 12 09 11 - L'Express - Paul Rabary - Méditons sur les médiations !
La floraison des médiateurs et des médiations nationaux et internationaux depuis l’année 2009 est inversement proportionnelle aux résultats escomptés. Tout a été dit, tenté et manœuvré mais la réalité est implacable. Or toutes les médiations ont été handicapées par leur prétention et par leur perception de la crise. Tous les médiateurs ont été obnubilés par le temps présent et se sont fixés comme objectif de résoudre la crise politique de 2009. Or dans l’appréciation de celle-ci, il ne fallait pas négliger son caractère cyclique. Les fameuses « feuilles de route » ne seront pas la solution à la crise politique structurelle de Madagascar.
- 09 09 11 - L'Express - Humeur - Sylvain Ranjalahy - Self service
Et si la Transition était un grand buffet à ciel ouvert où on peut servir plusieurs milliers de convives ? On n'en est pas loin, à en juger la boulimie de certaines hautes autorités. Ce n'est pas encore la grande ripaille d'une cérémonie de présentation de vœux à Iavoloha, durant la seconde République, où les invités rentrent avec un menu complet pour le dîner dans une barquette en sachet, mais c'est tout comme, dans une autre proportion.
- 09 09 11 - Les Nouvelles - Climat d'investissement tendu : l'instabilité politique source de tous les maux
« Transition politique et climat d’investissement ne font pas bon ménage ». C’est la conclusion à laquelle aboutit Raphaël Jakoba, manager de Madagascar Conseil International (MCI), dans un article sur le climat de l’investissement dans la période de transition que traverse le pays, publié dans le dernier numéro de « La Revue de MCI ». Selon le classement établi par « Doing business 2010 », Madagascar est classé au 140e rang sur 183 pays. Le magazine américain Forbes place Madagascar en tête des pires dégradations économiques de ces trois dernières années. Seuls les investisseurs en eaux troubles investissent dans des pays troubles.
 - 08 09 11 - Swissinfo - Raymond Ranjeva : "Il faut revoir les bases du politique à Madagascar"

Interview du professeur Ranjeva, ancien vice-président de la Cour internationale de justice (CIJ), qui milite pour une «réconciliation nationale», prélable à toute organisation d'élections. La crise malgache est une crise à répétition car le pays n'a pas su réfléchir au pacte social qu'il souhaite ériger, et ce depuis son indépendance, en 1960. A chaque crise, on a refait les Constitutions. Mais les problèmes de fond qui minent la société malgache n’ont jamais été résolus. La nature du pouvoir, fondamentalement clientéliste, n’est pas fondée sur une morale de résultats mais sur une morale d’intentions. Les hommes dits politiques n’ont jusqu’ici jamais eu la stature d’hommes d’Etat. en matière économique, on a toujours préféré faire valoir les intérêts d’une économie de spéculation, une économie de comptoir.
<>
07 09 11 - Le Mauricien - Lindley Couronne, directeur d'Amnesty International Maurice enquète à Madagascar
Une mission d’Amnesty International est annoncée du 9 au 22 septembre. Le directeur de la section mauricienne d’Amnesty International, Lindley Couronne, annonce au quotidien Le Mauricien son arrivée prochaine à Madagascar. Le secrétariat international cette organisation de défense des droits humains, basée à Londres, lui a confié la mission d’enquêter sur les violations des droits humains commises depuis le début de la crise politique dans la Grande Île. Il sera rejoint pour cette mission par Christian Mukosa, chercheur d’Amnesty originaire de RDC, récipiendaire en 2003 du Reebok Human Rights Awards.
- 05 09 11 - Blog d'Alain Rajaonarivony, journaliste - Il était une fois Nadine
Suite du portrait admiratif dressé par le chroniqueur, de Nadine Ramaroson, ministre de la population, tragiquement disparue fin août. (voir "articles remarqués" du mois d'août 2011) et qui tranche avec le portrait qu'en faisait Le Post.fr, pour qui l'une des personnalités les plus infuentes de Madagascar, qualifiée de "mauvais ange des bas fonds", fut célèbre aussi bien pour son engagement envers les défavorisés que pour ses accointances mafieuses.
- 03 09 11 - Les Nouvelles - Interview d'Alain Tehindrazanarivelo : "Nous sommes un pouvoir belliqueux"
Le président national du « Ezaka nasionaly iarahana » (Enina) et de la « Nouvelle alliance pour le changement démocratique » (NACD), membre du CST, ancien vice-premier ministre et ministre de la Santé de la HAT, le professeur Alain Tehindrazanarivelo fait part de sa profonde inquiétude par rapport à la situation qui prévaut actuellement dans le pays. Evoquant la conduite des affaires nationales de l’heure, il y voit la gestion d’un pouvoir « belliqueux » dans plusieurs domaines.
- 02 09 11 - Tribune - Edito - Patrick A. - Rabibochage
Si Andry Rajoelina a coupé les ponts avec les trois mouvances en décidant de convoquer la cérémonie de signature de la feuille de route telle qu’amendée par Tomaz Salomão, son choix n’en est pas moins un compromis pas particulièrement flamboyant. Sous la menace d’un boycott des élections par 6 des 8 formations qui le soutiennent, Andry Rajoelina n’avait pas les moyens de convoquer les électeurs pour un scrutin à tenir avant la fin 2011. La transition est appelée à se prolonger, ce qui ravira les hommes politiques qui profitent de la situation pour s'enrichir. La feuille de route sera donc signée sans appui de la communauté internationale. L'amnisitie qu'elle prévoit pourrait de fait exclure Marc Ravalomanana et tenir celui-ci à distance de tout scrutin.
- 01 09 11 - La Gazette - Adelson Razafy - La feuille de route sera signée : mise en scène réussie...
Andry Rajoelina l’a décrété : la feuille de route sera bientôt signée, sans l’aval de la Sadc et à une date qui sera fixée par la partie malgache. Une issue que tous ont devinée, depuis l’expiration de l’ultimatum lancé en direction de la Sadc. Mise en scène réussie donc pour le régime de transition. En effet, afin d’activer la signature d’une feuille de route qui lui est favorable et qui ne le contraint pas à un partage du pouvoir, il a monté un plan qu’il a appliqué de A à Z. Détail.
---------------------------------------------------
Voir les archives de presse >>Archives de presse depuis 2000>>