>> Télécharger la revue de presse de février 2011 pdf, 40 pages
               >> Dessins de presse I, pdf, 7 pages
               >> Dessins de presse //pdf, 4 pages
               >> Photos d'actualité I, pdf, 2 pages
               >> Photos d'actualité //  pdf,  pages
--------------------
SURVOLS HEBDOMADAIRES et FLASH INFO
SURVOL HEBDO 8/2011 - 20 au 27 février
     en ligne sur ce blog - à télécharger pdf, 2 p.
FLASH INFO du 21 février 2011 : Le retour manqué de Marc Ravalomanana
     en ligne sur ce blog
SURVOL HEBDO 7/2011 - 14 au 19 février
     en ligne sur ce blog - à télécharger pdf, 2 p.
SURVOL HEBDO 6/2011 - 7 au 13 février
     en ligne sur ce blog - à télécharger pdf, 2 p.
SURVOL HEBDO 5/2011 - 31 janvier au 6 février
     en ligne sur ce blog - à télécharger pdf, 2 p.
Lire les survols en continu : cliquer sur la catégorie "Archives presse par semaine" (colonne de gauche)
------------------
LES ARTICLES REMARQUÉS, voir plus bas, après le sommaire
--------------------
SOMMAIRE DE LA REVUE DE PRESSE FÉVRIER 2011
La période a été marquée par la remise de la proposition de feuille de route élaborée par Leonardo Simao représentant de la Sadc, au terme d'un séjour de 4 semaines à Madagascar. Des propositions qui marquent un net revirement de la médiation en faveur du pouvoir de Transition. Les mouvances Zafy et Ravalomanana, ainsi que la société civile, ont été placées dans l'embarras.
A la veille du retour de la médiation pour finaliser le feuille de route, avec ou sans les mouvances des anciens présidents, Marc Ravalomanana a annoncé son retour et a dû y renoncer au moment d’embarquer. Une initiative qui a été perçue comme une opération de communication destinée à compromettre la mission des médiateurs de la Sadc et à faire une démonstration de force.
Le médiateur en chef, Joachim Chissano, a adressé une nouvelle version de la feuille de route aux acteurs politiques, qui ne diffère guère de celle présentée par son adjoint Leonardo Simao mais qui laisse supposer l'existence de divergences au sein de la Sadc et de la communauté internationale. Marc Ravalmanana semble entretenir des liens privilégiés avec Joachim Chissano, ce qui conforte l'espoir des 3 mouvances de pouvoir encore s'imposer.
Les partisans du régime s’impatientent de conclure. Andry Rajoelina annonce une réunion de tous les partis favorable à la signature de la version, encore provisoire, de la feuille de route, au grand dam des 3 mouvances qui mettent en doute la représentativité de ces nombreuses formations.
Didier Ratsiraka s'est vu à son tour interdit de retour au pays.
La commémoration du second anniversaire de la fusillade du 7 février 2009 à ré-ouvert les débats sur les responsabilités de ces évènements. Aucune enquête indépendante n'a encore été diligentée. Verdict modéré pour les 3 leaders de l’opposition incarcérés depuis 3 mois.
La hausse des prix des PPN, et notamment du riz, devient un enjeu politique. Le pouvoir redoute une explosion sociale qui serait exploitée par l'opposition.
Le rapatriement des employées de maison expatriées au Liban reste en suspens.
Une radio pirate pro-Ravalomanana a été démantelée. Elle est accusée « l'incitation à la haine et au tribalisme ». 7 personnes ont été arrêtées, dont plusieurs ex-députés Tim. D’autres personnes sont recherchées, dont 2 anciens députés de la capitale.
Les pirates somaliens menacent directement le canal du Mozambique.Les forces armées malgaches sont parvenues à capturer 12 pirates et à libérer 25 otages.
Le cyclone Bingiza a gravement touché régions. Bilan provisoire : 22 décès, 8 disparus, 64 blessés, plus de 100.000 sinistrés, dont 24.000 sans abris.

La crise politique
01/02 : l'émissaire de la Sadc propose « sa » solution de sortie de crise
03/02 : la feuille de route traduit un revirement inattendu de la Sadc.
07/02 : les incertitudes prévalent à nouveau sur la sortie de crise
10/02 : verdict modéré pour Fetison Rakoto Andrianirina et ses 2 co-inculpés
12/02 : l’OIF et la COI se mobilisent en faveur de la feuille de route
15/02 : annonce du retour de l’équipe de médiation. La hausse du prix du riz au             centre d’enjeux politiques
21/02 : le retour manqué de Marc Ravalomanana exploité par les 3 mouvances
23/02 : médiation de la Sadc - retour à la case départ de la dernière ligne droite
26/02 : après Marc Ravalomanana, Didier Ratsiraka interdit de retour au pays

Droits humains, gouvernance
Anniversaire de la fusillade du 7 février 2009 - « prisonniers politiques » - condition carcérale, expatriées au Liban -  contrôle des importations d’armes - crise et insécurité alimentaire - lutte contre la corruption - médias

Actualité économique et sociale
- Relations avec les bailleurs de fonds et les organisations internationales - Questions foncières, contrats miniers et pétroliers, ressources naturelles, environnement - Divers
--------------------
ARTICLES REMARQUÉS - FÉVRIER 2011
<> articles particulièrement signalés - <>doc documents à valeur permanente.

- 26 02 11 Otage libéré - Jean-Claude Rakotoarilalao , le Malgache pris en otage par Aqmi a été libéré le 24 février. Au terme de six mois de captivité, il a recouvré la liberté, avec le Togolais Alex Kodjo Ahonado et la Française Françoise Larribe. Agé de 60 ans, il travaillait en tant que mécanicien pour Satom, filiale du groupe Vinci, géant des travaux de bâtiment, de forage et de génie civil. Depuis 1984, Satom est très liée à la Sogea, une grande société de travaux publics implantée dans plusieurs pays d'Afrique, notamment à Madagascar. Selon des experts, Aqmi se serait défait d’otages «de moindre valeur» et ne présentant pas pour lui un intérêt stratégique, afin de tenter de rouvrir un canal de négociations avec Paris et faire monter les enchères à l'approche de la présidentielle française de 2012. [Flash pour info, sans lien avec un article de presse]

- 25 02 11 - Tribune/ViewsWire - After Egypt : how to assess vulnerabilities
Au moment où Kadhafi use de la menace de semer le chaos en Libye s’il est renversé, l’Economist Intelligence Unit a établi une liste de 10 « États autocratiques » qui pourraient bien être les suivants sur la liste. Chacun de ces pays s’est vu attribuer une note évaluant sa « vulnérabilité ». La grande majorité se trouvent en Afrique du Nord et dans les golfes arabique et persique. En fait, seuls deux États considérés parmi « les 10 régimes les plus vulnérables » sont, à la fois sur le plan géographique et sur le plan religieux, très éloignés de la zone actuelle d’évènements. Il s’agit du Zimbawe et de Madagascar.

<>  24 02 11 - Communiqué du SeFaFi du 22 02 11 - En 2011, quelles élections ?
Le Président de la HAT l’a répété depuis un certain temps : 2011 sera une année d’élections. Tous ceux qui veulent en finir avec la crise, et une Transition qui n’en finit pas, n’attendent que cela. Mais plusieurs questions méritent d’être examinées au préalable, afin que Madagascar puisse connaître des élections véritablement transparentes et indépendantes, car le référendum du 17 novembre a révélé une grande marge d’amélioration dans les procédures électorales.

- 24 02 11 - Blog d'Alain Rajaonarivony, journaliste -  L'appel d'un citoyen
Expert radar au sein d’EADS, Elimberaza Mandridake, «professeur Limby» pour ses étudiants, n’a jamais oublié son île. Il a payé le prix de cette affection puisqu’il a été arrêté avec des membres de sa famille et des partisans lors de son passage au pays, il y a quelques mois. Si les dysfonctionnements au sein de la chaîne de commandement (bon nombre d’officiers désapprouvent la HAT) lui ont permis de s’échapper, ce n’est pas le cas pour plusieurs de ses proches, qui croupissent en prison sans motif d’inculpation défini. L’interdiction de retour de Marc Ravalomanana, la panique que cela a provoqué au sein du pouvoir, n’ont fait que renforcer sa conviction d’un nécessaire engagement citoyen pour éviter l’irréparable.

- 24 02 11 - Tribune - Tribune libre - Curieux : la BGFI BANK s'installe à Madagascar ! Pourquoi ?
La BGFI-Bank, une banque un peu particulière, essentiellement basée au Gabon, au Congo-Brazzaville, en Guinée-Equatoriale et en France, vient d’annoncer qu’elle s’implantait à … Madagascar ! Les 3 premiers pays Africains où la banque est implantée sont tous dans le golf de Guinée et producteurs de pétrole. Pourquoi ce long bond au milieu de l’océan Indien ?

- 23 02 11 - L'Express - Humeur - Sylvain Ranjalahy - Peste et profit
La peste a fait 15 victimes en quelques jours dans diverses localités de la Grande Île. Le changement climatique et l’hygiène précaire sont à l’origine de cette épidémie. La peste se décentralise, les districts concernés ne font pas partie du triangle habituel de foyers de peste. Le docteur Simão annonce qu'il va continuer à ausculter tout le monde. Ce qui suppose une longue file d'attente, un long traitement et une facture salée.

- 22 02 11 - La Vérité -  Mouvement de foule à Ivato ! Sonnette d'alarme pour le régime
Le quotidien pro-HAT écrit : "Indépendamment des péripéties qui ont entouré le retour avorté de Marc Ravalomanana, la présence d’une foule assez compacte, samedi dernier à Ivato, constitue incontestablement une sonnette d’alarme pour le régime de Transition"Le régime n’a pas cessé d’étaler en public ses carences et autres défaillances en tous genres. Des militants des premières heures et autres personnes de bonne volonté ont profondément déchanté de la révolution orange de 2009. Déchanté de constater que, au niveau de l’Etat, de hauts responsables n’œuvrent que pour leurs intérêts personnels (politiques ou matériels). La flambée des prix des PPN a cristallisé les mécontentements et jeté la foule dans la rue.
 
- 22 02 11 - Tribune - Edito - Georges Rabehevitra - Ministère de la Coopération
Madagascar a reçu le ministre français de la Coopération, le seul ministre d’un pays démocratique qui est venu à Madagascar en visite officielle depuis la crise de mars 2009, en dépit de la déclaration de Nicolas Sarkosy concédant que la prise de pouvoir d'Andry Rajoelina résultait d'un coup d'Etat. Pour l'éditorialiste, "la France s’engage depuis le début de cette crise en faveur des auteurs du coup d’État et de ceux qui ont pris le pouvoir". [...] Il ne faudrait pas que la France gâche ses relations historiques et fortes entre les deux pays, au profit d'intérêt particuliers et à court terme".

- 21 02 11 - L'Express - Chronique de Vanf - Nasolo Valiavo Andriamihaja - Le coup d après
"Tout le monde est d’accord sur une chose : le nombre des partisans de Marc Ravalomanana venus à l’aéroport d’Ivato n’est pas négligeable. Il y a des images qui ne trompent pas même si les médias officiels vont s’ingénier à nier l’évidence. L’ancien Président de la République, deux ans après son départ, a réussi à sérieusement embarrasser la HAT : maintenant, la victime, c’est lui et la révolution semble avoir changé de camp, après deux ans de gestion calamiteuse, au mieux d’incompétence, au pire de corruption. [...] Le feuilleton de son vrai-faux retour ne dupe que les plus indéfectibles, les plus désespérés, les plus fanatiques. Mais, ce 19 février , l’ancien Président aura réussi son coup. Reste à savoir s’il ne s’agissait que d’un « coup »"

- 21 02 11 - Tribune - Edito - Patrick A. Transports
"La véritable information du Samedi [19 février] n’était plus tellement le blocage par la HAT du retour au pays de Marc Ravalomanana. C’était davantage la patience des partisans de celui-ci, dont beaucoup ont attendu remplis d’espoir jusqu’à la tombée de la nuit un Deus ex machina. Les responsables de la mouvance Ravalomanana n’avaient pas lésiné sur les effets de théâtralisation".

20 02 11  -  FRI - interview de l'universitaire et analyste politique Jean-Eric Rakotoarisoa, au lendemain du retour avorté de Marc Ravalomanana à Antananarivo le 19/02 (5'49)
Pour lui, « C’est un baroud d’honneur, une tentative de l’ancien président pour inverser la tendance de la médiation, plus précisément de la feuille de route telle qu’elle est présentée actuellement par la Sadc, vu qu’il semble perdre la main par rapport aux précédents accords de Maputo et d’Addis-Abeba ». D’après son analyse, il y a même un risque que les trois mouvances soient laissées en-dehors du processus de sortie de crise. « La Sadc va peut-être essayer de les convaincre d’y adhérer et il y aura un certain nombre d’amendements mais je pense que la communauté internationale commence à perdre patience à propos de la crise malgache », a estimé Jean-Eric Rakotoarisoa.
Lien : http://www.rfi.fr/emission/20110220-jean-eric-rakotoarisoa-universitaire-analyste-politique

<>  19 02 11 - Joachim Chissano a adressé une feuille de route révisée aux acteurs politiques malgaches. Celle-ci reprend très largement la feuille de route de Leonardo Simão. Une précision est apportée dans le chapitre consacré à Marc Ravalomanana : il est écrit que le président et gouvernement de la Transition s'engagent à la protection des biens et de la famille de Marc Ravalomanana si celui ci s'engage à ne entreprendre de manœuvres déstabilisatrices. Son retour au pays restera soumis à l'appréciation du futur gouvernement issu des élections. Joaquim Chissano précise que la consensualité est fondamentale, mais celle-ci ne peut être entendue comme unanimité, ni être utilisée comme facteur de blocage dans le processus de transition. Il est précisé que le Premier ministre de consensus ne pourra être originaire de la même province que le président de la Transition, ni être issu des acteurs politiques faisant partie de la majorité présidentielle. La loi d’amnistie devra être ratifiée par le Parlement de Transition et aucune élection ne pourra avoir lieu avant cette ratification. Les détournements de fonds publics seront exclus des mesures d’amnistie. La liberté de manifestation dans le respect des lois fait désormais partie des principes de droits de l’Homme qui sont rappelés.
Accès au document officiel : http://www.madagascar-tribune.com/Joaquim-Chissano-appuie-une,15503.html

Tribune publie par ailleurs la « Révision 1 » de la feuille de route qu’un certain nombre de formations politiques ont adoptée. Datée du 16/02,  elle liste les 35 engagements pris par les acteurs politiques malgaches et la communauté internationale. Lien : 19 02 11 - Tribune - Dossier - " Révision 1" - 16/02/11 - Feuille de Route Pour la Sortie de Crise à Madagascar

- 16 02 11 - IRIN News - Le riz devient un luxe
Le prix du riz, l’aliment de base à Madagascar, a doublé ces deux dernières années, obligeant les habitants d’Antananarivo à réduire leur consommation de moitié. « A près de 2.000 ariary (un dollar américain) le kilo, le riz est devenu un produit de luxe. Le directeur de l’Institut national de la statistique a expliqué que selon les résultats d’une étude réalisée entre juin et octobre 2010, le taux de pauvreté avait augmenté de 68,7 à 76,6 % depuis 2005. Compte tenu de l’insécurité économique et du manque de ressources du pays, il est difficile de promouvoir auprès des agriculteurs de nouvelles méthodes de culture, telles que le Système de riziculture intensive (SRI).

- 16 02 11 - Tribune - Edito - Georges Rabehevitra - Le problème de ce pays, c'est...
"Rajoelina n’est pas mon problème. Mon problème c’est que notre pays s’enfonce de plus en plus dans une crise profonde depuis deux ans. Il s’avère que c’est lui qui en est l’origine, c’est lui qui est là et qui a voulu être là. Il est tout sauf un politique avec un idéal ou une vision, il fait partie d’une équipe qui a fait un coup d’État et il a avec lui l’étiquette d’avoir été « appuyé » par la France pour cela. Ces deux problèmes ont pesé et pèsent sur une éventuelle résolution rapide de la crise politique.L’image que me donnent Rajoelina et ceux qui sont autour de lui depuis le coup d’État, c’est l’image d’un équipage de pirates, dont la plupart auraient été payés pour cela".

<> 14 02 11 - Madagaoravox - Banque mondiale - Revue de la gouvernance et de l'efficacité du développement - Synthèse du rapport - décembre 2010   
<>Extraits de de la synthèse du rapport
Malgré d’importants efforts de réforme depuis dix ans, la gouvernance reste un grand défi pour le développement de Madagascar. Même pendant la période la plus réformatrice (2002-2006) et malgré les buts ambitieux fixés dans le Plan d’action de Madagascar pour 2007-2012, les réformes de la gouvernance ont eu assez peu d’effet. Il y a eu des progrès dans certains domaines tels que la gestion des finances publiques, mais les problèmes de gouvernance demeurent. Ils sont à la fois la cause et la conséquence de la présente crise. L’absence d’équilibre effectif entre les différents niveaux de pouvoirs de l’Etat et de contrôle mutuel entre eux, la faiblesse des institutions, la confusion entre intérêt public et intérêts privés, l’immixtion des politiciens dans l’application du cadre légal et le sentiment auprès de l’opinion publique d’une impunité générale réduisent l’efficience, la transparence et la responsabilité de l’action publique.
L’objectif de l'étude est d’apporter un éclairage sur les facteurs de l’économie politique de la gouvernance à Madagascar, en s’intéressant spécifiquement aux secteurs de l’exploitation minière et forestière.

- 12 02 11 - Médicap Madagascar - Rapport d'activité n°22 du 24 janvier 2011
Rapport sur les actions entreprises par l'association Médicap (Médicalisation et Aide aux Prisonniers) dans les prisons malgaches de l'est, du sud-est et du nord du pays de juillet à décembre 2010. Le rapport note qu'en cette période d’instabilité politique et sociale qui se prolonge, l’administration pénitentiaire se fait de la sécurité une priorité absolue, qui ne souffre aucune entorse, mettant ainsi à mal d’autres impératifs et valeurs relevant de l’humanisation des conditions de détention. A signaler toutefois un début de mise en place d’éducateurs spécialisés dans les Maisons Centrales à effectifs importants. Une réflexion est conduite par la magistrature avec le concours du Pnud sur la responsabilité pénale de mineurs (fixée à 13 ans). Des ateliers ont été organisés sur la maltraitance des prisonniers et les droits des personnes détenues.
Lien pour le site de Médicap : http://www.medicap.info/

- 11 02 11 - L'Express - Courrier des lecteurs - Sahondra Rabenarivo - Madachina
La politique de la Chinafrique à Madagascar a démarré plus tardivement que dans certains pays africains mais elle est en plein essor. La « logique du troc » déjà largement répandue sur le continent, s'impose : infrastructures contre minerais, pétrole, bois et terres. Cette Chine officielle, outre son intérêt pour les ressources naturelles, cherche à faire contrepoids à l'emprise des pays occidentaux, USA en tête. Mais le scandale du bois de rose et la récente annonce de la création d’une holding entre l’Etat malagasy et la société hongkongaise China International Fund Ltd est annonceur de l’autre facette de la Chinafrique, moins « officielle » et dont la présence sur notre île se fait plus remarquable.

- 08 02 11 - L'Express (France) - AFP - Le calvaire des domestiques malgaches au Liban
Fait exceptionnel : un news magazine occidental s'intéresse à la situation des employées de maison Malgaches parties travaillées au Liban. Une situation qui relève de l'esclavage moderne mais qui n'a pas été prise en compte par les organisations de défense des droits de l'homme. L'Etat malgache recense plus de 6.000 travailleuses expatriées au pays du Cèdre. En 2010,  plus de 500 travailleuses sont rentrées à Madagascar avant la fin de leur contrat. En un an, 17 corps de femmes Malgaches ont été rapatriés du Liban. Fin janvier, le gouvernement a annoncé qu'un avion serait prochainement affrété pour rapatrier les travailleuses qui le souhaitent. Plus de 1.000 demandes ont été enregistrées... pour 78 places.

- 11 02 11 - Voir aussi la vidéo réalisée par le quotidien libanais L’Orient – Le jour : http://www.madagascar-tribune.com/Les-travailleuses-malgaches-du,15462.html (2’30)

<> 04 02 11 - Tribune - Médiation de la SADC - Communiqué de presse officiel
Le 31 janvier 2011, la médiation de la SADC a présenté aux principaux acteurs politiques Malgaches, y compris l’AREMA, ESCOPOL, HPM, les Autres Sensibilités, MDM, MONIMA, les mouvances Ratsiraka, Ravalomanana et Zafy, TGV et UDR-C, un projet de feuille de route pour mettre fin à la crise à Madagascar.
Leonardo Simão quitte Madagascar sur de nombreuses incertitudes quant au succès de sa proposition . Zafy Albert est en pointe dans son opposition à la feuille de route et la dénonciation du régime. Marc Ravalomanana affirme que le médiateur n’a pas reçu l’aval de la Sadc et de l’UA. Le médiateur doit faire son rapport d'étape à l'UA et revenir à Madagascar pour poursuivre sa mission.

-<>doc 03 02 11 - Moov/DTS - Solofo Andrianjakarivelo - Nouvelle publication : "Madagascar dans une crise interminable"
La crise malgache sous toutes ses coutures. Le journaliste Toavina Ralambomahay qui a fait partie des jeunes sélectionnés par la Fondation Friedrich Ebert dans le Youth Leadership Training Program (YLTP) publie aux éditions de l'Harmattan un ouvrage  remarquable sur la crise politique.

- 03 02 11 - Tribune - Edito - Georges Rabehevitra - La peur des urnes
Cela fait presque deux ans qu'Andry Rajoelina dit tout le temps « qu’il faut rendre rapidement le pouvoir au peuple ». Pour le moment, il ne l’a pas fait. On en conclut donc aisément qu’il continue à le confisquer, CQFD. Une Constitution dans laquelle sont instituées des dispositions provisoires et sans aucune limite temporelle n’est pas une Constitution mais plutôt une escroquerie intellectuelle. En fait, en analysant ce qui s’est passé depuis deux ans, on s’aperçoit que la classe politique dans son ensemble a tout simplement peur des urnes !

<> 02 02 11 - Tribune - Feuille de route pour la sortie de crise à Madagascar - La médiation de la Sadc a remis sa proposition de feuille de route aux représentants de partis et groupements politiques. Son contenu s'apparente à une synthèse des propositions recueillies par l’émissaire de la Sadc lors de ses consultations. Les formations politiques sont invitées à faire connaître très rapidement leurs réactions. La feuille de route donne une large part du pouvoir au président de la HAT. La plupart des formations politiques approuveraient le texte, avec quelques bémols, mais la mouvance Ravalomanana demande « du temps pour réfléchir », selon les termes de Mamy Rakotoarivelo. Il doit aussi, selon ses dires, en référer aux autres membres de la mouvance et surtout, à l'ancien président Marc Ravalomanana. Ce n’est donc pas une fin de non recevoir mais Mamy Rakotoarivelo considère toutefois que le projet soumis n’est ni plus ni moins que la légitimation du coup d’État de 2009, en contradiction avec les Accords de Cotonou et la Charte africaine des droits de l’homme. Le document n’a pas encore été soumis pour approbation à la Sadc et à l’UA. La Société civile s’oppose à jouer le rôle que lui attribue la feuille de route : la CNOSC déclare : « Nous avons conclu un accord avec Joaquim Chissano qui est le médiateur en chef de la Sadc. Pas avec le Dr Leonardo Simão qui n’est qu’un simple émissaire », a-t-elle fustigé. Elle rappelle que « le processus devait être malgacho-malgache, comme prévu ».

01 02 11 - Système des Nations-Unies : Hayzara, un site de partage de connaissance. Le Bureau du Coordonnateur Résident, en collaboration avec les agences du Système des Nations Unies, a procédé le 31/01/11 au lancement officiel du portail HayZara, traduit par « Partage de connaissance ». Répondant au besoin d’assurer une meilleure gestion des connaissances sur le développement à Madagascar, l’ouverture de ce portail fait suite à l’initiative « Centre virtuel conjointe de documentation pour la gestion du savoir », endossée par l’Équipe-Pays du Système des Nations Unies à Madagascar en juillet 2010. HayZara comporte trois principales composantes : Banque de connaissances ;  Plateformes d'échange (soutenant les Communautés de Pratique) ; Outils pour la visualisation, la cartographie, et le suivi des projets et indicateurs du développement à Madagascar.
Lien : http://www.mg.one.un.org/HAYZARA/

- 01 02 11 - Tribune - Tribune libre - A. Razanamasy - Proposition de sortie de crise par une  petite modification du paradigme politique malgache
Synthèse des différentes thèmes de discussions et propositions que l'auteur a jugé pertinentes concernant la résolution de la situation de crise à Madagascar. Il analyse successivement les raisons de la crise, le rôle et la perception des acteurs internationaux, les points de blocage et conclut par des recommandations pour répondre à "l’équitabilité" des gouvernances futures (création d'une CENI totalement indépendante, rendre la Justice réellement indépendante, réformer les partis politiques...)

- 01 02 11 - Les Nouvelles - Contrats fonciers : les ruraux malgaches sont moins vulnérables mais l'asymétrie persiste dans la négociation
A côté de leurs homologues africains, les ruraux malgaches seraient plutôt bien protégés dans le cas de gros contrats fonciers passés avec des investisseurs étrangers. C’est ce qui ressort d’un rapport de recherches publié hier par l’Institut international pour l’environnement et le développement. Ce rapport analyse douze contrats récents par lesquels des investisseurs se sont assurés la jouissance de larges terrains à travers l’ensemble du continent africain. Malgré les avancées considérables du contrat malgache sur les contrats maliens, camerounais ou libériens, il contient encore des failles. La principale réside dans la vulnérabilité des paysans lors de la négociation des contrats.

- 01 02 11 - Madagoravox - Madagascar, Tunisie ou les ratés de la diplomatie française
Lors de la révolution dite de jasmin, le tollé soulevé par la prise position de Michèle Alliot-Marie, ministre des Affaires étrangères étrangère , qui proposait une assistance technique aux forces de l’ordre du régime Ben Ali, interpelle. En se référant à la position de la diplomatie française quant à la situation politique à Madagascar, la question vient à l’esprit : l’assistance technique militaire apportée par la France à Madagascar, qui continue de s’afficher depuis le 17 mars 2009, a-t-elle à un quelconque moment été remise en question ? Sur le plan diplomatique, les deux situations, relèvent de logiques sensiblement identiques et ne reflètent qu’une seule et même chose : les errements de la diplomatie française.