CONTENU  -  archivage en cours :19/12/2010, vers 9h
>>
Télécharger la revue de presse, novembre 2010 pdf, 48 pages
               >> Dessins de presse I, pdf, 4 pages
               >> Dessins de presse II, pdf, 6 pages
               >> Photos d'actualité I, pdf, 3 pages
               >> Photos d'actualité II, pdf, 3 pages
--------------------
SURVOLS HEBDOMADAIRES : 
SURVOL HEBDO 48 - Du  28 NOV au 3 DEC 2010
     en ligne sur ce blog - à télécharger pdf, 2 p.
SURVOL HEBDO 47 - Du 22 au 28 NOVEMBRE 2010
     en ligne sur ce blog - à télécharger pdf, 2 p.
SURVOL HEBDO 46 - Du 15 au 21 NOVEMBRE 2010
     en ligne sur ce blog - à télécharger pdf, 2 p.
SURVOL HEBDO 45 - Du 8 au 14 NOVEMBRE 2010
     en ligne sur ce blog - à télécharger pdf, 2 p.
SURVOL HEBDO 44 - Du 1er au 7 NOVEMBRE 2010
     en ligne sur ce blog - à télécharger pdf, 2 p.
Lire les survols en continu : cliquer sur la catégorie "Archives presse par semaine" (colonne de gauche)
------------------
LES ARTICLES REMARQUÉS, voir plus bas, après le sommaire
------------------
SOMMAIRE DE LA REVUE DE PRESSE NOVEMBRE 2010
Une période encore riche en évènements, dominée par la campagne référendaire, avec l'entrée en lice d'Andry Rajoelina qui a imprimé à ce scrutin un caractère nettement plébiscitaire. Le référendum s’est déroulé dans le calme mais dans l’après-midi même une mutinerie s’est produite à la base aéronavale d’Ivato. Un collectif de militaires a déclaré avoir suspendu les institutions de la transition. Les auteurs, pour la plupart, sont ceux qui ont porté Andry Rajoelina au pouvoir 20 mois plus tôt. Ils ont fait alliance avec des militaires proches des 3 mouvances et de Monja Roindefo. Les mutins n’ont pas obtenu le ralliement populaire escompté et ont dû se rendre après 3 jours d’intenses négociations. L’assaut a été donné mais sans effusion de sang. Une vingtaine d’officier ont été auditionnés puis incarcérés. L’enquête s’est orientée rapidement vers les milieux politiques, au premier rang desquels le professeur Raymond Ranjeva, qui a été inculpé de complicité. Des mutins auraient subi de mauvais traitements. Toutes les tentatives d’expression publique de l’opposition ont été réprimées et un net durcissement a marqué la période postérieure à la mutinerie. Un climat qui laisse mal augurer d’un changement d’attitude de la communauté internationale à l’égard du régime, en dépit du lobbying diplomatique de certains parlementaires européens et de l’attitude « compréhensive » de la COI. Des voix se font pourtant entendre au sein du Parlement de la Transition pour des mesures d’apaisement et d’amnistie. La Sadc revient à la charge et exige la réouverture de négociations.

La crise politique

03/11 : Andry Rajoelina critique fermement « l’immixtion » de la communauté
            internationale
08/11 : campagne référendaire - Andry Rajoelina fait le plein... Monja Roindefo
            aussi
10/11 : manifestations politiques de l’opposition interdites
12/11 : la mouvance Ravalomanana décapitée par l’incarcération de 3 de ses
            leaders
15/11 : l'armée interpellée par Marc Ravalomanana et Monja Roindefo
17/11 : référendum le matin, tentative de coup d'État l'après-midi.
            Sérieuses défaillances de la liste électorale
20/11 : les mutins de la BANI d’Ivato se sont rendus, élections communales
            reportées sine die   
24/11 : l’enquête sur la tentative de putsch s’oriente vers la classe politique
27/11 : Raymond Ranjeva, inculpé dans la tentative de coup d’Etat

Droits humains, gouvernance

Affaire « radio Soatalily », « détenus politiques », peine de mort, CPI, mariages forcés, droits de l'enfant, OMD, insécurité alimentaire, IDH, affaire Ralitera, les difficultés du Bianco

Actualité économique et sociale

- Relations avec les bailleurs de fonds et les organisations internationales
- Questions foncières, contrats miniers et pétroliers, ressources naturelles,
  environnement
- Divers
--------------------
ARTICLES REMARQUES - NOVEMBRE 2010
<> articles particulièrement signalés - <>doc documents à valeur permanente.
-------------------------------------------------------
- 29 11 10 - Madagate - Paul Wille, Alain Destexhe : Lettre ouverte à la Communauté internationale
Le sénateur Paul Wille, président de la délégation belge à l’Assemblée parlementaire du Conseil de l’Europe, venu à Madagascar en observateur pour suivre la préparation et le déroulement du référendum, avait fait part de sa satisfaction. Dans une conférence de presse tenue avant son départ, il avait expliqué qu’il se donnerait pour mission de convaincre le Parlement belge et le Parlement européen d’encourager le pouvoir en place à poursuivre ses efforts dans le processus de sortie de crise.La délégation qu'il conduisait comprenait quatre autres membres dont Eric Raoult (député UMP et ancien ministre français), Jean-Paul Henry (député honoraire et questeur de l’Assemblée nationale française), Alain Destexhe (sénateur sortant et député de la communauté française de Belgique) et Michel Becquevert (expert).

<> 28 11 10 - Blog d'Alain Rajaonarivony, journaliste - Demain sera un autre jour
Retour sur l'actualité récente par ce journaliste qui s'était fait rare ces derniers temps : la tentative de coup d'Etat, les arrestations et mauvais traitements, les atteintes à la liberté d'expression, le référendum... Sa conclusion : "Andry Rajoelina est bien en train de faire en 2 ans ce que les autres n’ont pas réussi en 50 : détruire tous les repères moraux".

- 27 11 10 - Midi - Jean-Marc Châtaigner : "Enquête judiciaire sur le_mauvais traitement des officiers"
Une semaine après le coup de force avorté de la BANI, l’ambassadeur de France à Madagascar, Jean-Marc Châtaigner, a accordé une interview exclusive à Midi. Il s’exprime sur les sujets chauds de l’actualité et notamment les affaire judiciaires en cours et le processus de sortie de crise. Il indique avoir saisi le CICR des accusations de mauvais traitement à l'encontre de détenu et se déclare préoccupé par l'incarcération de leaders des 3 mouvances et les problèmes d'"équilbre" à trouver pour le respect de la liberté d'expression.

<>  27 11 10 - MyDago - Lettre directe de Madagascar
L'auteur de cette lettre, resté anonyme, analyse pour ses lecteurs réunionnais les différents groupes qui soutiennent le pouvoir issu du coup d'Etat de mars 2009, ainsi que leurs motivations. Il distingue les "mercenaires politiques", les "allergiques à Marc Ravalomanana", les deniers tenants de la "cause côtière", ceux qui n'ont pas intégré la notion de République et une fraction du clergé catholique, dont certains prêtres étrangers.

- 27 11 10 - L'Express - Humeur - Sylvain Ranjalahy - La Haye...ne ou l'amour ?
Le professeur Raymond Ranjeva, ancien vice-président de la Cour Internationale de Justice de La Haye, inculpé de complicité dans la mutinerie de la BANI, reste en liberté provisoire. La ministre de la Justice, Christine Razanamahasoa, a déclaré que l'accusé avait été remis en liberté sous caution, « ne présentant pas de danger immédiat ». La ministre précise qu’« il est accusé d'avoir menacé la sûreté intérieure de l'Etat », ajoutant qu'il était lié à des officiers à l'origine de la mutinerie.

<> 26 11 10 - Communiqué de l'Alliance des Organisations de la Société Civile (AOSC) : Les dérives d'une consultation populaire
"L’Alliance des OSC, par son communiqué du 2 novembre 2010,  est de ceux qui ont dénoncé le caractère tronqué du référendum du 17 Novembre. Ainsi, l’AOSC a, d’une part, mis en cause la nature unilatérale et précipitée de la préparation et de l’organisation pratique du scrutin, notamment au niveau de la liste électorale,  et d’autre part, émis des doutes sur l’indépendance réelle de la CENI. Les faits qui se sont déroulés avant et pendant la journée du 17 Novembre ont malheureusement donné raison à l’AOSC".

<> 26 11 10 - Tribune - Tribune libre - Communiqué - La COSC et le référendum du 17 novembre 2010
"Le référendum du 17 novembre 2010, qui fait partie d’un processus imposé par la HAT, a permis de constater que la CENI dans sa forme actuelle a raté son premier test et fait une démonstration éclatante de son incapacité à faire valoir ce changement. Elle a également manqué l’occasion de faire montre aux yeux de tous les observateurs de sa crédibilité et de son efficacité dans l’exercice de sa mission. La COSC réitère son appel aux politiciens et responsables de tous les niveaux (civils et militaires) en les incitant instamment à prendre leur responsabilité et à entamer un dialogue franc sous l’égide de la CNOSC et de la Communauté internationale. Madagascar se trouve à un tournant décisif de son histoire et il importe de le négocier au mieux des intérêts et de l’aspiration profonde du peuple malgache.La reconnaissance internationale est vitale pour la relance de la vie économique, la sécurité de la population, la stabilité du régime de la transition et l’intérêt supérieur de la Nation".

- 23 11 10 - Tribune - Edito - Lalatiana - Après la BANI... Inquiètudes...
"Je qualifiais l’affaire du BANI de « non-évènement » parce que j’étais convaincu de l’inanité de l’opération. Ce putsch raté n’est toutefois pas anodin, parce que sa résolution bâtie sur des arrangements, sur un « arrosage » financier de certaines parties et sur la répression risque encore d’accentuer la déliquescence de l’État. La conclusion de la crise du BANI risque de conférer encore plus de poids à certains groupes (armés ou non) et certains réseaux, en sachant que ceux-là même n’ont aucun intérêt à un retour à l’ordre. D’autant que l’affaire va bien évidemment servir à décrédibiliser l’opposition et asseoir encore plus les radicalismes et l’unilatéralité du pouvoir".

- 22 11 10 - Madalibre/Lettre de l'Océan Indien - Les conditions de Paris pour valider le "putsch" d'Andry Rajoelina
Dans un document de travail daté du 2 novembre, et dont La Lettre de l’Océan Indien a obtenu copie, la diplomatie française a énuméré les propositions qu’elle soumettra aux autres membres du GIC et aux pays intéressés par une relance de la médiation internationale sur la crise malgache. Plusieurs conditions sont adressées au président de la HAT. Elles sont présentées comme indispensables s’il veut obtenir une reconnaissance internationale en tant que chef de la transition. Au premier rang d’entre elles figurent la réaffirmation par TGV qu’il ne se présentera pas au prochain scrutin présidentiel, suivie de l’octroi, avant les prochaines élections, d’une large amnistie pour tous les événements politiques intervenus entre 2002 et 2009, ainsi que de la suspension des poursuites judiciaires engagées depuis le début de la transition.

- 22 11 10 - La Gazette - Communiqué des observateurs internationaux du référendum constitutionnel du 17 novembre - Traiter Madagascar autrement
"Nous demandons solennellement  à notre gouvernement de tout mettre en œuvre pour que la communauté internationale cesse de faire preuve d'un ostracisme non justifié dans son excès à  l'égard des autorités malgaches de transition. Nous souhaitons tout particulièrement que les pays concernés, notamment, la Communauté européenne et au premier rang la France, apportent à Madagascar le soutien logistique utile au renforcement de la démocratie des prochaines étapes électorales. Nous appelons également les nations qui l'ont suspendu à reprendre leur soutien au peuple malgache dont la crise a incontestablement aggravé les conditions d'existence".

- 22 11 10 - Tribune - Edito - Ndimby A. - Héroïques ou folkloriques.?
Madagascar a donc découvert ce qu’est un pronunciamiento, avec cette action d’un groupe d’officiers retranchés à la BANI. Une opération qui semble tenir du bricolage et peu préparée conduite par des leaders peu susceptibles d’entrainer un engouement populaire de par leur personnalité sulfureuse et controversée.

samedi 20 novembre : reddition des mutins sans effusion de sang

- 18 11 10 - Tribune - Edito - Patrick A. - Desperate housewives
Un groupe d’officiers de la base du RFI d’Ivato a cru bon d’annoncer un putsch qui ne s’est pas traduit par un basculement effectif de la situation sur le terrain. Il est probable que, malgré leurs intentions, ces officiers auront plutôt sur le moyen terme rendu service à Andry Rajoelina et à son Premier ministre Camille Vital. Car ce « gros » problème amplement médiatisé aura fait apparaître relativement véniels les « petits »problèmes du référendum organisé ce 17 novembre. Le pouvoir en place ne manquera pas désormais d’arguments pour affirmer que, même un peu tiré à hue et à dia, le processus électoral qu’il a mis en place était quand même plus convaincant que ce coup d’État d’opérette. Et il ajoutera non sans raisons que les quelques millions d’électeurs ayant voté pacifiquement avaient bien plus de poids que tous les groupes rassemblés jadis place du 13 mai ou actuellement à Behoririka ou à Ivato. Les autorités de transition auront malgré tout réussi leur pari. Le taux de participation au référendum ne devrait pas être ridicule si on le compare au dernier scrutin  comparable, celui d’avril 2007.

<>doc 18 11 10 - International Crisis Group - Madagascar : la crise à un tournant critique ?
"Madagascar s’enfonce dans une crise politique majeure. Les tentatives de médiation internationales et nationales ont à nouveau échoué en 2010, alors que la population s’appauvrit et que les structures de l’Etat se délitent. La HAT a entamé un processus de sortie de crise unilatéral, non reconnu par l’opposition et la communauté internationale, qui contestent toujours la légitimité du régime. Les acteurs qui auraient pu contribuer au déblocage de la situation n’y sont pas parvenus, ou ne l’ont pas voulu, alors que d’autres ont délibérément fait traîner la situation à leur avantage. Il est temps de mettre fin à toute tentative de médiation entre les différentes parties et de se concentrer sur le soutien à l’organisation d’élections crédibles, soumis au respect de conditions strictes". L'organisation décline ensuite ses propositions.
<>doc
Lien pour le rapport complet : http://www.crisisgroup.org/~/media/Files/africa/southern-africa/madagascar/166%20Madagascar%20a%20un%20tournant%20critique.ashx

- La presse étrangère s'intéresse au référendum malgache et redécouvre la crise politique !
16 11 10 - le Monde Magazine - Alexandre Kauffmann - Madagascar, une île à la dérive...
16 11 10 - TV5 - Pascal Priestley - Un référendum sur mesure - Les feux de l'amour
17 11 10 - Zinfos 974 - Ludovic Grondin - Andry Rajoelina demande au peuple une constitution sur mesure

- 16 11 10 - Tribune - Edito - Ndimby A. - Stratégies qui volent bas
L'éditorialiste réagit à cette interpellation : "Vous les intellectuels, vous avez tout à fait raison avec vos beaux principes et vos belles théories, mais vous n’êtes pas capables de prendre le pouvoir.. Andry-TGV, il n’est pas un intellectuel, il n’a pas fait vos études, il n’a pas vos diplômes, il n’a pas de théorie, mais il a su comment se placer à la tête de l’État en 3 mois. Il a une efficacité que vous autres intellectuels ou puristes de la démocratie n’ont pas su avoir". Il se montre sévère vis à vis de l'opposition qui n'a pas su définir une stratégie politique et s'adapter au changement de contexte qui s'est produit depuis 2 ans. Pour regagner en efficacité face au pouvoir qui ne pourra de toutes manières qu’aller vers l’implosion, l’opposition doit se réorganiser, monter les dossiers nécessaires en matière de violation des droits de l’homme, de corruption et d’enrichissement sans cause pour la justice nationale et surtout internationale.

-<>doc  16 11 10 - AfriScoop / Xinhua - Les 7 référendums de l'histoire malgache
Historique des 7 référendums qui ont précédé le référendum constitutionnel du 17  novembre 2010, depuis 1972. Le "Oui" l'a toujours emporté, avec des tores de 70 à 96% des votants.

- 16 11 10 - La Gazette - Salomon Ravelontsalama - Référendum : l'heure de vérité
20 mois après le départ de Marc Ravalomanana, les Malgaches sont appelés à adopter la solution de crise proposée par Andry Rajoelina. Que l’initiative ne soit pas consensuelle, le mérite, pour le quotidien, est qu’elle associe le peuple à son avenir propre. En 20 mois, tant de négociations se sont tenues tant à Antananarivo, qu’à Maputo, Addis-Abeba et Pretoria, mais rien n’en est sorti. Les politiques qui voulaient décider de l’avenir de 20 millions de Malgaches, ont lamentablement échoué. Le scrutin constitue sans doute l’ultime solution à cette crise qui n’a que trop duré, même si au-delà des effets dramatiques économiques et surtout sociales, la crise politique ne concernait finalement que quelques individus qui continuent de croire qu’eux seuls doivent décider de la conduite de l’Etat.

- 15 11 10 - Le Courrier - Edito - La boucle est bouclée
"Il a suffi de près d'une semaine au couple Andry Rajoelina pour faire la propagande du référendum du 17 novembre. Plus vite et plus prompt que le train TGV tu meurs. Le chevalier sans peur et sans reproche a conduit facilement sa tournée de "meeting présidentiel" tambour battant et avec succès avec son package de grands projets "pour servir le peuple" et non pour des intérêts particuliers ou privés. Quel chef de parti ou de regroupement de formations politiques serait capable de faire mieux ? Qui peut séduire davantage ? "

- 12 11 10 - La Gazette - Grands projets d'Andry Rajoelina : les bailleurs de fonds mis sous pression
Comment seront financés les constructions de logements sociaux, d’hôpitaux, de complexes sportifs et des autres projets annoncés par Andry Rajoelina depuis son entrée en campagne pour le référendum ? Curieusement, personne n’a posé la question. L’opposition était peut-être occupée à se mobiliser pour empêcher ce scrutin de se tenir mais la société civile, du moins la frange la plus active et la plus crédible comme le KMF/CNOE ou son émanation le SEFAFI, n’ont pas réagi jusqu’à présent. Est-ce parce que la pertinence des projets ne peut souffrir d’aucune contestation qui serait à coup sûr mal vue par une population, entre autres, en mal de logements et victime des lacunes en matière d’infrastructures sanitaires ?

- 12 11 10 - Le Courrier - "Démocratie à la malgache"
"Madagascar se veut être un pays qui milite pour les libertés publiques et la démocratie. On ne sait quelle mouche a piqué certains dirigeants de ce pays qui ne veulent pas admettre que s'abstenir ou ne pas voter, fait aussi partie du choix souverain du citoyen.Pour ceux qui ne s'intéressent pas à la vie publique et qui en ont ras le bol de cette crise, choisir entre le oui et le non sans autre forme de procès, c'est leur forcer à naviguer entre la peste et le choléra car il n’y a pas d'autre alternative possible. C'est donc normal que la démocratie de rue reprenne ses droits".

- 11 11 10 -Madagascar Liberté -  Le mouvement des leaders religieux (HFM) interpelle la communauté internationale
Il dénonce le mépris des droits de l'Homme et de la liberté d’expression qui prévaudrait actuellement, ainsi que la répression dont les ecclésiastes feraient l'objet.

- 08 11 10 - Tribune - Valis - Rajoelina en campagne - Référendum ou présidentielle ?

"Le président de la HAT mène campagne pour sa personne, à travers ce qui est présenté comme une campagne de sensibilisation des citoyens pour qu’ils aillent aux urnes et s’expriment sur le projet de constitution. Pour le simple d’esprit, la confusion est assurée : le référendum n’est autre qu’un plébiscite du régime conduit par Andry Rajoelina. Cette impression
est encore confirmée quand le président de la HAT insinue une opposition entre la volonté ou la position de la communauté internationale et la souveraineté nationale ou « hambopom-pirenena » qu’il incarne ou dont le peuple malgache devrait faire montre".


<>- 06 11 10 - wildmadagascar.org - Andry Rajoelina lié au trafic illégal de bois rose (vidéo)
La vidéo diffusée par Global Witness et Environmental Investigation Agency montre que les Chinois qui commercent dans le bois de rose sont en relation directe avec Andry Rajoelina,L’enquête secrète a mis en évidence plusieurs cas de revendeurs en Chine qui affirment qu’ils traitent directement avec les plus hautes instances du gouvernement de transition de Madagascar.L’enquête a également permis de mettre en évidence que les marchands de bois de rose en Chine conseillent leurs clients sur les procédures à suivre pour importer le bois illégal aux États-Unis.
A noter que l'authenticité de cette vidéo qui a eu un gros impact à Madagascar a été contestée par certains. Affaire à suivre !

- 05 11 10 - Tribune - Edito - Ndimby A. - Le stylo à la main
La presse pro-HAT devrait arrêter de s’enflammer à chaque fois qu’un vazaha pointe le bout de son nez à Madagascar,et d’en tirer prétexte pour annoncer le début de la reconnaissance internationale. A force de vouloir à tout prix et à travers n’importe quel événement rechercher ces signes de fléchissement, le pouvoir semble prêt à gober et à faire gober tout et n’importe quoi, dès qu’un vazaha vient à Madagascar,ou reçoit un émissaire du pouvoir de transition à l’étranger. Depuis mars 2009, nous vivons donc au rythme des effets d’annonce.dès qu’une délégation se rend à l’étranger, ou quand des étrangers débarquent de l’avion.Une opinion revient sans cesse dans la bouche des dignitaires du régime : « Madagascar n’a pas besoin de la reconnaissance internationale, et on peut se passer de l’aide étrangère ».L'auteur s'interroge enfin et tente de répondre à ces questions : Quelle est la source de la non-reconnaissance ? Quelles sont les conditions de la reconnaissance ? Pourquoi le référendum constitutionnel ne peut apporter de solution ?

- 02 11 10 - Mada.pro - Edito - Joël Sylvain Rasamoely - Tantely Andrianarivo : un candidat en puissance dans l’attente d’une amnistie
Le dernier premier ministre de l’ex- président Didier Ratsiraka multiplie depuis son retour d’exil, il y une quinzaine de jours, les rencontres avec les populations des grandes villes du pays. Si ce n’est pas une campagne électorale avant la lettre, Dieu que ça y ressemble ! Ainsi, l’ancien chef du gouvernement est devenu un candidat potentiel pour les prochaines présidentielles. Mais, frappé d'une condamnation importante, il devra tout d’abord bénéficier d’une amnistie pour pouvoir se porter candidat à une élection.

<>doc Trafic de bois précieux malgaches : actualisation au 25 octobre 2010 du rapport de Global Witness et l’EIA (Environmental Investigation Agency) publié en novembre 2009.
En juin 2009, Madagascar National Parks (MNP) a chargé Global Witness et l’EIA (Environmental Investigation Agency) d’enquêter sur les flux de bois précieux récolté illégalement dans les parcs nationaux de la Région SAVA ainsi qu’autour de ces parcs. Ce commerce illicite d’espèces rares et à forte valeur telles que l’ébène, le bois de rose et le palissandre alimente les marchés d’exportation en Chine, aux États-Unis et en Europe. Les bénéfices rapides associés à ce commerce ont engendré une ruée vers le bois qui a décimé les quelques dernières forêts précieuses de Madagascar. Notre rapport de novembre 2009, intitulé Enquête sur l’exploitation, le transport et l’exportation illicite de bois précieux dans la Région Sava à Madagascar1, a mis en évidence les rouages de ce commerce et l’étendue des dégâts qu’il entraîne. La valeur du trafic y a été estimée comme pouvant atteindre les 460 000 dollars US par jour sur les marchés internationaux, la majorité des bénéfices étant empochés par un petit groupe de « barons du bois » qui ont pour habitude de transférer cet argent sur des comptes en banque à l’étranger ou vers des biens immobiliers. Ce dernier rapport permet de faire le point sur la suite des événements.
Lien : http://www.eia-global.org/PDF/report--Madagascar--EIA--GW--forests--oct10FR.pdf
--------------------
Voir les archives de presse des mois précédents : >>Archives de presse depuis 2000>>