En raison d'un séjour à Madagascar, la période du 7 juillet au 9 août n'a pu être assurée au jour le jour. Le rédacteur a fait au mieux à son retour pour présenter, malgré tout, l'ensemble de la période.

CONTENU

--------------------
               >> Télécharger la revue de presse (1er au 6 juillet) pdf, 9 pages
               >> Télécharger "Survols/Revue de presse du 9 juillet au 9 août 2010" pdf, 24p.

SURVOLS HEBDOMADAIRES : 
- Survols/Revue de presse du 9 juillet au 9 août : à télécharger pdf, 24 p.
- Survol Hebdo 26 - Du 26 juin au 4  juillet
2010 : en ligne sur ce blog - à télécharger pdf, 2 p.
Remarque : Pour lire les survols en continu, cliquer sur la catégorie "Archives presse par semaine" (colonne de gauche) 
----------------------------------------------------
ARTICLES REMARQUES - JUILLET 2010
--------------------------------------------------------
<> articles particulièrement signalés -  documents à valeur permanente.
--------------------------------------------------------
- 30 07 10 -Tribune - Interview - Hery Randriamalala - "Nous voulions que le problème du bois de rose se positionne
au cœur du débat politique et c’est fait "

Quelques semaines après la parution du dossier « Bois de rose de Madagascar : entre démocratie et protection de la nature », l’un de ses auteurs, Hery Randriamalala revient sur ses difficultés, ses doutes, mais aussi cet espoir de changer les choses, qui l’a poussé à monter un dossier aussi précis et complet. Il se dit satisfait des répercussions qu’a eues son travail.

- 30 07 10 - Unesco - Les Forêts humides de l'Atsinanana inscrites sur la liste du patrimoine mondial en péril
Le Comité du patrimoine mondial de l’UNESCO a inscrit les forêts humides de l’Atsinanana (Madagascar) sur la Liste du patrimoine mondial en péril en raison des coupes illégales de bois sur ce site et du braconnage visant les lémuriens, une espèce menacée.

- 30 07 10 - Blog d'Alain Rajaonarivony, journaliste - Madagascar n'est pas l'Afrique
Alors que s'ouvrait le Sommet de l'UA s’ouvrait à Kampala, Joaquim Chissano débarquait à Antananarivo. Loin de l’Afrique qui décolle, il a écouté les différents protagonistes d’une crise qui s’éternise.Comme d’habitude, diraient les plus blasés ! Il y eut quand même une nouveauté : la présence de la coalition de la société civile, capable de jouer le rôle d’interface entre les belligérants. Elle pourrait, avec l’aide de la communauté internationale, amener les politiciens à accepter enfin des élections crédibles qui mettraient fin à une Transition de plus en plus honteuse. La Grande Ile s’embourbe pour l’instant, comme les camions chargés de bois de rose de contrebande sur les pistes des zones sensées être des réserves protégées. Une richesse qui s’en va ailleurs, des autorités corrompues du haut en bas de l’échelle et une population réduite à la misère et à l’impuissance, c’est l’exacte image de Madagascar en 2010.
 
- 23 07 10 - Droit d'asile et "pays d'origine sûrs" - Communiqué de presse inter-associations
Le Conseil d’Etat français contredit la décision du Conseil d’administration de l’Office français de protection des réfugiés et apatrides (OFPRA), où siègent les représentants de 5 ministères et d’annuler sa décision du 13 novembre 2009 établissant une liste de 17 pays considérés comme « sûrs ». Le Conseil d’Etat a considéré que 5 pays ne remplissent pas les critères relatifs au respect des droits humains fixés par la directive européenne et par la loi, contrairement à l’opinion du conseil de l’OFPRA : Arménie, Madagascar, Turquie, Mali et Sénégal.
Voir aussi sur cette question le document d'Amnesty International :
Juillet 2010 - Amnesty International - Stop aux "Pays d'origine sûrs"

<> 22 07 10 - Les Nouvelles - Société civile : La coordination est instituée
Il y avait d’un côté une Alliance des OSC adhérant aux accords de Maputo. Il y avait de l’autre côté une Coalition des OSC qui était rentrée en scène avec les « Raiamandreny mijoro » lorsque les proches du pouvoir avaient exprimé le souhait d’une solution malgacho-malgache à la crise. Et il y avait encore le Kmf/Cnoe, vétéran des organisations de la société civile en matière d’observation des élections et de la vie politique, et qui n’a adhéré à aucun de ces deux regroupements, mais dont l’ancien président Bruno Rakotoarison avait choisi de devenir membre de la CENI. Finalement, après de laborieuses discussions, ces trois entités ont réussi à s’entendre pour tenter de parler d’une même voix. Et ce par l’institution d’une Coordination Nationale des Organisations de la Société Civile ou CNOSC, à travers laquelle elles entendent participer à l’effort de médiation entre les protagonistes de la crise politique. Après quelques semaines de discussion, la Coalition et  l’Alliance ont convenu de mettre en œuvre leur contrat de partenariat avec la mise en place commune d’une coordination nationale des organisations de la société civile (CNOSC).

- 22 07 10 - Tribune - J.P. Domenichini - 50 ans d'indépendance...
Beaucoup se demandent ce que les Malgaches ont fait de leur cinquante ans d’Indépendance. Jean-Pierre Domenichini, historien et anthropologue, membre titulaire de l’Académie Malgache,apporte sa vision.La colonisation ne fut pas une initiation à la démocratie à l’occidentale. Le mouvement œcuménique joua alors un grand rôle pour que soient respectées les libertés individuelles. Il semble bien s’être suicidé quand, en 2009, l’archevêque d’Antananarivo donna sa bénédiction au coup d’État. Le plus grand des maux est bien la corruption qui gangrène le pays. À ce système social déséquilibré économiquement, elle joignit un système déséquilibré culturellement et socialement et religieusement fracturé.

- 21 07 10 - Les Nouvelles - Père Alain Thierry - En politique, il faut éviter le culte de la pensée unique
Si des politiques évoquent des problèmes de consensus et d’unilatéralisme comme source de blocage, la vision de Justice et Paix révèle l’idée de culte de la pensée unique. Dans le cadre de la recherche d’une sortie de crise, les politiques doivent se raisonner dans le souci du bien commun. Ils doivent s’écouter et respecter le principe de l’alternance démocratique. Il faut en fait remarquer que l’opposition pense toujours que lorsqu’elle n’est pas au pouvoir, elle ne dirige pas. C’est faux. Il faut éviter ce culte de la pensée unique qui a toujours été une pratique à Madagascar.

- 21 07 10 - Jeune Afrique - Les réprobations de l'ambassadeur de France
Y aurait-il de l’eau dans le gaz entre la France et le régime de transition ? Les spéculations vont bon train à Madagascar depuis le 14 juillet. Ce jour-là, deux événements attirent l’attention. À Paris, le défilé des troupes africaines se déroule en l’absence d’Andry Rajoelina, qui n’a pas été invité. Quelques heures plus tard, à Antananarivo, Jean-Marc Châtaigner, l’ambassadeur français, profite d’une cérémonie pour lâcher plusieurs saillies.

<> 20 07 10 - Accord CNOSC Madagascar
Une nouvelle confédération de la société civile est née le 20 juillet, suite à l’accord conclu entre la Coalition des OSC, chargée par le pouvoir de Transition de la mise sur pied avec les notables traditionnels de l'organisation des conférences régionales et nationale, et l’Alliance des OSC, de tendance pro-Maputo. Sa dénomination : Coordination Nationale des Organisations de la Société Civile (CNOSC).

- 20 07 10 - Blog d'Alain Rajaonarivony - Madagascar : Le sursaut de dignité !
Le discours de l'ambassadeur de France Châtaigner du 14 juillet a décoiffé. Mais qu’est-ce qui lui a pris de balancer tout ce qu’il avait sur le cœur ? Toujours est-il que tout le monde en a pris pour son grade, en particulier la HAT qui se gargarisait de «l’amitié» du gouvernement français. Si Andry Rajoelina a été félicité de sa décision de ne pas se présenter aux élections présidentielles, interdite de toute façon, de par son âge, par la Constitution et à condition qu’il ne change pas d’avis, la mauvaise gouvernance générale a bien été pointée du doigt. Violations des Droits de l’homme, non-respect de la liberté de la presse, corruption des dirigeants, trafic du bois de rose, violences étatiques…Tout y est passé.

- 20 07 10 - La Gazette - Dissolution des FIS : le tollé contre Châtaigner
Jean-Marc Châtaigner, ambassadeur de France, a provoqué le tollé hier avec ses propos sur la « dissolution des Fis et des milices paramilitaires », lors de son discours du 14-Juillet à la Résidence de France. Il faut dire qu’actuellement, la France est attaquée des deux côtés et doit faire face aux assauts de deux bords politiques. Jean-Marc Châtaigner a failli au traditionnel devoir de réserve auquel est astreint tout diplomate qui s’exprime. Néanmoins, on reconnaîtra que l’interpellation de Jean-Marc Châtaigner a un côté pertinent et mérite d’être prise en considération.

<>doc- 16 07 10 - L'Express - Médias et crise - Reporters sans frontières, critique à l'égard de la presse
La presse malgache n’a pas été épargnée par RSF. Le manque de régulation et les dérives de certains journalistes ont été mis à l’index. - Ambroise Pierre de Reporters sans frontières (RSF) est venu à Madagascar du 15 au 20 mars, avec des idées bien arrêtées et sa mission était claire : « démontrer (dans un rapport) que la presse a été et est toujours au cœur de la crise malgache, jouant un rôle primordial dans son déclenchement, subissant chacune de ses étapes et faisant face aujourd'hui encore aux vicissitudes de la Transition ». >>Télécharger le rapport (pdf>1Mo) RSF - Les medias au coeur de la crise

- 15 07 10 - Médicap Madagascar - Rapport d'activité du 1er semestre 2010
Médicap Madagascar (Médicalisation et Aide aux Prisonniers) publie son rapport d'activité semestriel sur la situation carcérale et les actions menées par l'association de janvier à  juin 2010 dans les prisons de l'Est et du Sud-Est du pays. Les répercutions de la crise politique et économique sur une situation déjà dramatique.

- 14 07 10 - Madagascar Tribune - Valis - Les émissaires sont prêts "Dinika santatra"
Les « Raiamandreny mijoro » et la Coalition des organisations de société civile (COSC) sont décidés à conduire à terme leur mission. La COSC fait comprendre qu’en dépit du fait que la locomotive est en marche, les autres, telles les organisations de la société civile regroupées dans l’Alliance des organisations de société civile (AOSC) ou le KMF-CNOE peuvent toujours monter dans le train en marche. Velompanahy Aristide, apparemment premier responsable de cette COSC, a déclaré que le mouvement est enclenché [...]

- 13 07 10 - Madagascar Tribune - Bill - Critiqués
L’effet de surprise TGV est passé. L’initiative des « Raiamandreny Mijoro » et de la Coalition des organisations de société civile (COSC) d’organiser les préliminaires ou « Dinika santatra » dans les 119 districts et le Dialogue national et le calendrier publié y afférent sont de plus en plus critiqués. Non pas seulement dans la forme mais dans le fond aussi. [...]

- 13 07 10 L'Express - Trafic de bois de rose - De gros poissons mis en cause
Une procédure judiciaire est engagée pour identifier les personnes compromises dans l'affaire de bois de rose. Des hauts responsables seraient concernés. -  La balle est maintenant dans le camp de la Justice. Le ministre de l'Environnement et des forêts Herilanto Raveloharison annonce l'ouverture d'une procédure judiciaire pour identifier et sanctionner les personnes compromises dans l'exportation illicite de la cargaison de 300 tonnes de bois de rose saisie aux Comores. [...]

- 13 07 10 - La Gazette - Bois de rose - Ravalomanana épinglé. Et  les autres ?
Le trafic de bois de rose et d’ébène ne date pas de la crise politique en mars 2009. D’importants trafics ont été perpétrés dans les sites du patrimoine mondial (parcs nationaux de Masoala et Marojejy) en 2004-2005, période de stabilité politique. La recrudescence du trafic sous la période de Transition n'est plus à démontrer mais le Président de la République d’alors, patron du groupe Tiko, est aussi devenu un grand exploitant de bois de rose. Quoique son nom n’apparaît dans aucun document officiel comme titulaire d’un permis d’exploitant forestier. Les enquêtes en cours devraient permettre de faire la lumière sur cette face encore cachée de l'activité de Marc Ravalomanana, à condition que ce ne soit pas une opération organisée pour détourner l’opinion du trafic actuel.

- 12 07 10 - Tribune - Edito - Ndimby A. - Les faucons et les vrais
Raharinaivo Andrianantoandro s’est fait débarquer de son portefeuille de porte-parole du TIM : son sens de la modération et sa stature de ray aman-dreny de plus en plus affichée n’a pas plu aux extrémistes . Une décision sur instruction directe de Marc Ravalomanana. [...] Nous assistons actuellement à un match nul, dans tous les sens du terme. Aucune des deux parties n’a les moyens d’avoir une victoire franche, et doit composer avec le camp adverse. La sortie de crise passera par un rapprochement des modérés. [...] Avec le départ d’Alain Joyandet, partisan d’un engagement bilatéral de la France en soutien à la HAT et après les échecs du clan des intérêts particuliers c’est la ligne diplomatique multilatérale qui reste la seule en lice.

- 12 07 10 - L'Express - Détenus politiques - Les députés ACP-UE font pression
La mission des parlementaires ACP-UE s’est achvée. Les députés acp-UE réclament la libération des détenus politiques et des journalistes. - Les membres de la mission de l'Assemblée parlementaire paritaire des pays d'Afrique, des Caraïbes et du Pacifique (ACP) ainsi que de l'Union européenne (UE) font une fixation sur les détenus politiques. Ils ont exigé leur libération en insistant surtout sur le cas des journalistes.

- 11 07 10 - Jeune Afrique - Bonnes en danger
Le calvaire enduré par des employées de maison malgaches expatriées au Liban commence à intéresser la presse internationale mais les organisations de défense des droits humains sont restés jusqu'ici silencieuses.

- 10 07 10 - L'Express - Rakotondrazaka - Médiation - Soutien de l'Union Européenne
La rencontre des dirigeants de la société civile s'est tenue en présence des cinq ambassadeurs européens.
Les dirigeants de la société civile reprennent les négociations après quelques jours de zizanie, car les dates des dialogues préliminaires avancées par la Coalition et les dignitaires « Raiamandreny mijoro » étaient unilatéralistes. [...]

- 08 07 10 - L'Express - Résolution de crise - Les préliminaires à la fin du mois
Le dialogue national aura lieu avant le 31 août. Il sera précédé des préliminaires.
La Coalition des organisations de la société civile fixe sa position, presque trois semaines après le début des négociations avec l'Alliance des organisations de la société civile. Avec des dignitaires « Raiamandreny Mijoro », elle a annoncé hier après-midi, lors d'une conférence de presse, les dates des dialogues préliminaires qui se tiendront du 28 au 31 juillet, tout en ordonnant le dialogue national avant le 31 août. [...]

- 06 07 10 - L'Express - Détournement de fonds : 40 communes mises à l'index
Une mission de suivi-formatif des financements organisée par le FDL a fait état d'anomalies dans des communes. 
Des maires ainsi que des secrétaires trésoriers comptables (STC) d'une quarantaine de communes dans toute l'île risquent de faire l'objet d'une poursuite pénale.

<> _05 07 10 - Amnesty International - Déclaration publique - 10/06/10
Traduction française du "Public Statement" du 10/06/10 (cf "articles remarqués" - 24 juin 2010).
Bien que Madagascar ait imposé de facto un moratoire sur les exécutions, les autorités n’ont pas encore aboli la peine capitale en droit ni ratifié le Deuxième protocole facultatif au Pacte international relatif aux droits civils et politiques (PIDCP), qui vise à abolir la peine de mort. Amnesty International appelle les autorités malgaches à présenter de jure un moratoire sur les exécutions et à abolir la peine capitale.

05 07 10 - Tribune - Edito - Joël Andriantsimbazovina & Patrick Rajoelina - Madagascar : Repartir du bon pied
Analyse par ces deux universitaires constitutionnalistes, membres du Comité Consultatif Constitutionnel, de cette longue période de souffrance, d’instabilité et donc de gâchis, qui a fait suite à l'« indépendance octroyée », mais aussi raison d'espérer pour l’opportunité qui se présente enfin de poser les bases de la Refondation d’une Nation en plein désarroi.

05 07 10 - Hebdo L'Observateur - R.D. - A qui profitent les "marcodollars " - Les étranges amis de Ravalomanana
La fortune de Marc Ravalomanana serait estimée à 250 millions de dollars. L’ancien chef de l’Etat utiliserait cette richesse colossale pour essayer de revenir au pouvoir. Il mobiliserait à cette fin «un réseau d’amis » qui, étrangement, d’après L’Observateur, « ne sont pas exempts de reproches ». Un article très documenté qui soulève nombre de questions.

- 05 07 10 - L'Express - La Protection sous-marine à l'étude
Le WWF a mené des activités liées à la biodiversité à Madagascar. Le bilan est catastrophique pour le pays.

<> 02 07 10 - L'Express - Courrier des lecteurs - Sylvain Urfer - Qu'as-tu fait de tes 50 ans d'indépendance ?
Les cinquante ans écoulés nous laissent un goût amer, il faut le reconnaître. Nous sommes loin de l’euphorie et des espoirs qui avaient accompagné la proclamation de l’indépendance par Philibert Tsiranana, le 26 juin 1960. Depuis lors, l’euphorie s’est muée en tristesse et en nostalgie, et les espoirs en déception et en doute.

02 07 10 - Tribune - Tribune libre - Appel du Collectif pour La Démocratie et le Développement de Madagascar
Un nouveau Collectif appelle les compatriotes, les amis de Madagascar, les forces vives de la diaspora à s’impliquer dans le processus démocratique en cours, pour organiser un débat régional en Europe et soutenir le débat national à Madagascar. La diaspora doit être capable de devenir une force de lobbying social et économique crédible, responsable et solidaire, incontournable dans l’édification de la démocratie et pour le développement de Madagascar.

01  07 10 - Tribune - Edito - Patrick Rakotomalala - Amnistie, Justice et Réconciliation Nationale
Une nouvelle Constitution, si on doit absolument s’y résoudre, dans le dessein de reconstruire une unité nationale, ne peut pas faire l’impasse d’une démarche de réconciliation, telle qu’elle était définie en particulier au sein des accords de Maputo. Et même si le terme ou l’idée même en révulsent certains, un acte d’amnistie devra en faire partie. C’est parce que les crises de 1991 et de 2002 n’ont pas su traiter la réconciliation en question que la stabilité politique n’a pas pu s’établir. L’absurde est ici porté à son comble : c’est bien au pays du fihavanana, qu’on est incapable de négocier nos propres "Commissions Vérité et Réconciliation"