Revue de presse complète.  

SOMMAIRE DE LA REVUE DE PRESSE
Les propositions de compromis du GIC sont rejetées par la HAT, qui accepte toutefois de reporter la date des législatives mais accélère leur préparation sans y associer les 3 mouvances, qui réfutent la démarche. Sévère condamnation du régime par les Etats-Unis. La SADC accuse l'UA de partialité pro-HAT. La France reçoit Andry Rajoelina et lui fait ses "recommandations".
 La crise politique
07/01/10 : le GIC va faire des « propositions de compromis » avant le
               25 janvier   
08/01/10 : l’Atelier électoral de la HAT a remis ses propositions
10/01/10 : la HAT se prémunit contre le risque d’annulation du décret de
                limogeage d’Eugène Mangalaza
13/01/10 : lancement de la plate-forme pour la candidature présidentielle
               de Rajoelina
15/01/10 : la Sadc s'oppose à la recherche d'une solution de compromis et
             condamne les élections unilatérales
15/01/10 : la Sadc s'oppose à la recherche d'une solution de compromis et
             condamne les élections unilatérales
18/01/10 : sévère condamnation du régime par les Etats-Unis   
22/01/10 : les propositions de compromis du GIC rejetées par la HAT.
27/01/10 : le pouvoir décide du report de la date des législatives   
28/01/10 : Andry Rajoelina se lance dans une opération de lobbying international

Droits humains, gouvernance
Prisonniers politiques, aide humanitaire, expatriées, impunité et réconciliation,
adoption internationale, corruption

Actualité économique
Impacts économiques de la crise politique
Relations avec les bailleurs de fonds et les organisations internationales
Questions foncières, contrats miniers et pétroliers, ressources naturelles, environnement
Divers
--------------
          >> Télécharger la revue de presse, janvier 2010 pdf, 55 pages
               >> Dessins de presse - 1ère partie pdf, 6 pages
                >>
Dessins de presse - 2ème partie pdf, 5 pages
               >> Photos d'actualité 1ère partie pdf, 3 pages
              >>
Photos d'actualité - 2ème partie pdf, 2 pages
--------------

ARTICLES REMARQUES - JANVIER 2010
Nous avons regroupé ici des articles et analyses que nous avons jugés intéressants.
Le losange <> permet d'en signaler certains à votre particulière attention.
Le signe  <>doc signale des documents que nous avons estimés intéressants pour suivre l'actualité.   

 <> 30 01 10 - Tribune - Opinions - Lalatiana - Madagascar : Les enjeux de la France (tentative d'approche) - 2ème partie
Le développement de la Chine et des pays émergents a tiré vers le haut les cours mondiaux de l’ensemble des matières premières nécessaires à leur développement. Les importantes ressources minières de Madagascar ont attisé les convoitises de toutes les grandes nations industrielles et de la Chine en premier lieu… et attiré les investisseurs… pour de multiples ressources. Pour la France, Madagascar ne peut donc pas être livrée à une puissance ou un pouvoir qui pourrait remettre en question ses enjeux, ses intérêts et sa stratégie. Il faut le savoir et le dire. Elle ne PEUT pas lâcher prise et ne lâchera pas prise. Mais c’est s’illusionner que croire à une diplomatie de la France qui ne serait « qu’une seule
main ».

 <> 29 01 10 - Tribune - Opinions - Lalatiana - Madagascar : Les enjeux de la France (tentative d'approche) - 1ère partie
Dans ce grand carnaval où certains vautours se parent des plumes de démocrates pour habiller leurs intérêts, leurs ambitions personnelles et leur soif de puissance, le masque d’un acteur majeur de cette crise est en train de tomber. Il ne dissimulait pas grand-chose et la ficelle était grosse, mais elle se relâche. Le soutien de la France aux auteurs de ce coup d’Etat, qui offrira certainement aux historiens et autres politologues matière à une riche thèse, n’est pas officiellement exprimé. Mais déjà, son activisme permanent et ses interventions pour le moins mal avisées, ne laissent plus de doute sur un engagement qui ne cesse de nous interpeller.

29 01 10 - Tribune - Edito - Georges Rabehevitra - Economie, finance et monnaie : Attention danger
En plus de la crise économique (elle est mondiale et comme notre pays n’est pas sur une autre galaxie, elle n’y échappe pas), l’année 2010 risque d’être le théâtre de grave crise financière et monétaire dans notre pays. Il ne s’agit pas ici de faire l’oiseau de mauvaise augure mais de regarder froidement la situation et l’analyser afin d’essayer d’identifier les risques.

<> 29 01 10 - Tribune - Anaclet Imbiki - Réflexion sur loi fondamentale en vigueur pendant la Transition 2009-2010
La proclamation anti-constitutionnelle de régime politique de Transition de 2009 et l’irrationalité de l’évolution des textes fondateurs des différentes phases de ce régime mêlant des normes internes et internationales, ces deux catégories juridiques visant cependant la Constitution comme texte de référence hiérarchiquement supérieur, ne peuvent qu’accréditer l’affirmation de l’incertitude sur la loi fondamentale applicable à Madagascar jusqu’à ce début de l’année 2010. A cause de cette incertitude sur la loi fondamentale en vigueur, le professeur de droit constitutionnel Jean Eric Rakotoarisoa a déclaré que « le pays est dans l’impasse ».Une réflexion sur la loi fondamentale en vigueur s’avère nécessaire en se basant sur la revue des textes fondateurs des différentes phases de la Transition, avant de procéder à la détermination de la loi fondamentale en vigueur.

28 01 10 - CERI/SEDET - Alternatives Internationales - Didier Galibert - Madagascar ; dérapage du combat factionnel - Janvier 2010
Arraché sous la pression des bailleurs de fonds et des organisations régionales africaines depuis le renversement du président Marc Ravalomanana le 17 mars 2009, le consensus pour une sortie négociée de la crise malgache a éclaté. L'universitaire analyse les motifs profonds de la crise qui a provoqué la chute de Marc Ravalomanana .Mené avec le soutien des Églises, son combat de 2002 contre Didier Ratsiraka se résumait à l'instauration d'une gouvernance chrétienne faisant fi d'un idéal laïque assimilé à l'héritage colonial et tournée vers l'appropriation effective de la citoyenneté individuelle. Prises à contre-pied par cette évolution, les Églises ont été incapables de jouer leur rôle d'encadrement et de médiation.

 <> 27 01 10 - Sobika - Parole de lecteurs - Roger Rabetafika - 50 ans de vie politique post coloniale à Madagascar : l'innomable désastre
La Grande Ile fait partie des pays les plus pauvres du monde et ne doit désormais sa survie qu’à l’afflux des aides internationales et au développement d’une économie parallèle informelle où le népotisme, le copinage, l’affairisme, la vénalité  et la corruption rongent, comme un gigantesque cancer, tous les rouages de la vie politique, économique, financière, sociale et culturelle du pays. Comment et pourquoi cette île qui fut pourtant l’un des plus beaux fleurons de l’Afrique francophone au lendemain de la décolonisation de 1960 en est-elle arrivée là ? Le sous-développement chronique de Madagascar, conséquence dramatique de quatre décennies de régression quasiment ininterrompue des niveaux de vie, s’explique sans doute principalement par les turpitudes de ses dirigeants politiques et l’inadéquation de ses principales institutions, lesquelles ont ouvert la voie à de graves dérives en matière de gouvernance.

27 01 10 - Blog Fijery - Ndimby A. - Il y a un an, le "lundi noir"
Il y a un an, Antananarivo connut ce qui allait être un des tournants de la crise, passé dans l’histoire sous le nom de « Lundi noir », le 26 janvier 2009. Au total, ces pillages firent plus d’une centaine de morts parmi les pilleurs, Ces pillages, tant ceux du Lundi noir que ceux qui ont eu lieu durant les semaines qui suivent, furent-ils commandités et organisés ? Pour plusieurs raisons, on serait tenté de dire oui. Qui a organisé le Lundi noir ? On notera qu’aucune suite ne sera donnée aux innombrables plaintes : ni enquête sérieuse, ni arrestation... le 7 février, les stratèges de la Révolution Orange sont suspectés d'avoir organisé quelque chose de pire à Ambohitsirohitra. Au nom de la démocratie.

27 01 10 - L'Express de Madagascar - André Rasolo - La mission inachevée de Jean Ping
Face à un pouvoir déterminé à avancer et une opposition persuadée d’avoir le soutien de la SADC, Jean Ping est arrivé à Antananarivo le 21 janvier, sur un terrain miné, avec des propositions sans originalité. Gardien de la « maison Afrique », que pouvait-il faire, sinon sauver la face d’un GIC composé d’éminentes personnalités africaines ? Son passage a eu au moins le mérite de clarifier la situation. Le contexte et le rapport de force ont évolué.

 25 01 10 - Lettre ouverte d'Andry Rajoelina_dans le Wall Street Journal & Communiqué de Marc Ravalomanana
Guerre de com' anglo-saxonne. Andry Rajoelina et Marc Ravalomanana tentent de communiquer au delà du traditionnel cercle francophone (Andry Rajoelina dans le Wall Street Journal, communiqué anglais de Marc Ravalomanana). La raison est simple : l'avis des Etats-Unis pèse de tout son poids dans cette crise. Qui dit Etats-Unis, dit Angleterre, Sadc, et tous pays sous influence américaine, ce qui n'est pas rien.

25 01 10 - Tribune - Tribune libre - Ndimby A. - Le voyage inutile ?
Jean Ping est venu. Il a vu. Il est reparti. Et ce diplomate expérimenté s’est sans doute rendu compte que les carottes étaient cuites, et que sa dernière mission ne va rien modifier à la situation. La proposition qu’il vient de remettre au nom de l’Union africaine (UA), se base essentiellement sur un retour à l’esprit et à la lettre des accords de Maputo, ainsi qu’à l’acte additionnel d’Addis-Abeba. Elle ne tient pas compte de la réalité actuelle du terrain, et surtout du paramètre nouveau que représente le forcing de la HAT vers les législatives.Le refus de voir que la présence de nouveaux paramètres doivent entrainer une mise à jour de la stratégie de gestion de la crise est également un manque de clairvoyance.

21 01 10 - Lettre officielle d'Andry Rajoelina à Jean Ping, Commissaire de l'UA
Le président de la HAT confirme que de son point de vue la Charte de Maputo a perdu toute crédibilité vis-à vis de l'opinion nationale. Un cohabitation au sein des différentes institutions de la Transition s'avère très difficile, voire impossible. Ceci en raison des remises en cause successives et répétées, des propos, comportements et actes de certains chefs de file ou de délégation. Seule issue possible : la tenue dans les meilleurs délais d'élections avec l'appui de la communauté internationale.

20 01 10 - Tribune - Edito - G. Rabehevitra - Le mélange des genres en politique
Nos politiques sont coutumiers des mélanges de genres et à chaque fois, ces mélanges sont les sources de questionnements, qui, s’ils restent sans réponses, sont les sources des révoltes successifs qui ont secoué périodiquement notre pays.Dernier exemple en date : la visite de Monja Roindefo en Thaïlande, qui se qualifie lui-même de« haut dignitaire de la Nation » (alors qu'il n'a aucun mandat officiel) pour négocier des contrats de produits de première nécessité.

  19 01 10 - Courrier de Madagascar - SEFAFI : Pour des élections au dessus de tout soupçon
Prudence et réalisme obligent, cette organisation de la société civile demande des garanties. Il est essentiel d'inclure dans la future Constitution des mentions explicites concernant la séparation des pouvoirs, l'indépendance de la justice, la liberté d'expression et de manifestation, la liberté de circulation, l'impartialité des médias publics, la pérennité de la CENI, le statut des dirigeants, les conditions requises pour une décentralisation effective. Elle propose de lever les tabous sur la question de financement des élections, lieu privilégié des détournements et des délits d'initiés. Elle rappelle enfin l'engagement (non tenu) pris par le président de la HAT de mettre un terme à la confusion entre la politique et la religion.

  19 01 10 - Communiqué de la centrals syndicale FISEMA sur les affaires nationales et le monde du travail  - 16 01 10
La FISEMA est la confédération de référence et la plus représentative à Madagascar depuis les années cinquante. Elle est la principale composante et animatrice de la plateforme syndicale CTM (Conférence des travailleurs de Madagascar). L'indépendance syndicale fait partie de l'identité de la FISEMA. Elle est membre fondatrice du CCOC (Collectif des citoyens et des organisations citoyennes).

19 01 10 - Tribune - Edito - Patrick A. - Maputo ou nouvelle version du Carlton ?
La situation malgache apparait aujourd’hui complètement bloquée. Le Président de la Commission de l'UA, jean Ping, est attendu à Antananrivo le 21 janvier. Il devra garder à l’esprit qu’aucune proposition trop sophistiquée ne pourra entraîner la conviction profonde de tous les protagonistes, car les ressentiments sont profondément incrustés.[...] Aucune solution à long terme ne sera possible avec les protagonistes actuels.[...] L'idée de passer d’abord par des élections législatives ne paraît pas insensée mais des élections le 20 mars, certainement pas.

<> 18 01 10 - Tribune - Tribune libre - Régis Michel,journaliste et réalisateur TV - Lettre ouverte à M. le "Pasenkor Président"
"Je parcours ce pays chaque année depuis 20 ans, notamment pour les émissions « Faut Pas Rêver » et Thalassa. J’y ai réalisé plus de quarante films. [...] Je l’ai fait car j’aime cette terre et ses habitants mais je sais qu’aucun miracle ne s’y produira.[...]  Non, le pays n’est pas riche et ses ressources s’amenuisent ! [...] Oui, Andry, sachez-le, la plupart de ceux que j’ai rencontrés ne vous soutiennent pas, pas plus qu’ils ne soutiennent vos adversaires.[...]  Ils sont solidaires dans leur misère et ils ne vous font plus confiance ! Ils ne croient plus aucun d’entre vous".

<> 17 01 10 - News Press - Département d'Etat américain - L'intimidation politique pourrait provoquer des sanctions
Les États-Unis s'inquiètent de ce que l'empressement de tenir des élections législatives montré par le régime d'Andry Rajoelina, actuellement prévues en mars, et le climat d'intimidation et l'unilatéralisme qui continuent de régner dans ce pays puissent conduire sous peu la communauté internationale à l'application de sanctions, a déclaré le sous-secrétaire d'État adjoint aux affaires africaines, M. Karl Wycoff.

<> 16 01 10 - Survie - Billet - d'Afrique et d'ailleurs n°187 - La Françafrique dans l'ombre de Rajoelina
Par une analyse des évènements de ces derniers mois, l'association Survie met en lumière le double langage de la diplomatie française et le parti pris supposé du pouvoir français en faveur d'Andry Rajoelina, "tombeur" de Marc Ravalomanana.

14 01 10 - Actumada - Soa Toavina - _Eglise Fjkm : nouveau scandale

Après les polémiques suscitées par le mouvement «hetsiky ny mpitondra fivavahana », le site pro-HAT affirme que des documents confidentiels font état d'accords compromettants entre le vice-président de la Fjkm et son bureau central, lorsque le premier était encore au pouvoir et même bien avant, dans le cadre de la préparation des présidentielles de 2001. Y figure notamment les péripéties de la 1ère élection de Marc Ravalomanana à la vice-présidence de l’Eglise en 2000, lors du synode de Toliara. Il explique aussi comment la radio Fjkm serait passée entre les mains de Marc Ravalomanana pour devenir Radio Rahazavana.

<> 14 01 10 - L'Express - Interview de l'ambassadeur de France JM Châtaigner : "Il faut savoir terminer une Transition"
Extrait : "La France ne soutient pas Andry Rajoelina, elle soutient le retour à la stabilité démocratique. L'important est que le peuple malgache puisse se prononcer librement sur le choix de ses dirigeants. […] Nous sommes toujours pour la mise en œuvre d’une solution la plus consensuelle et la plus inclusive possible. Maintenant, il est certain qu’on ne peut pas appliquer Maputo et Addis-Abeba. L’idée d’aller vers les élections est une possibilité pour avancer. Mais à condition que cela reste dans un cadre de discussions"

13 01 10 - Actumada - Mouvement des ecclésiastiques - L'Eglise FJKM au bord de la scission
Des responsables de l’Eglise protestante FJKM, qui n'approuvent pas que les Eglises et les fidèles soient instumentalisés à des fins politiques, se manifestent à leur tour pour réagir contre le fameux groupement « hetsiky ny mpitondra fivavahana ». La division est inévitable.  La FJKM ne pourra plus cacher les dissensions internes qui la minent depuis que Ravalomanana a fait du forcing pour être élu vice-président laîc avec la complicité de certains pasteurs dont le Président actuel, le Pasteur Lala Rasendrahasina.  ils ont profité des années durant des largesses de Marc Ravalomanana qui instrumentalisait à outrance l’Eglise sous prétexte de partenariat.

13 01 10 - Madagascar Matin - Vie politique : la guerre des religions
Contrairement aux autres crises qui ont marqué l’histoire politique récente du pays, celle de 2009-2010 se singularise par l’exaspération des tensions religieuses liées aux penchants politiques de chacune des confessions chrétiennes du pays.Il est évident que la responsabilité de l’ancien régime dans cette situation est lourde. Depuis quelques jours, les choses se précipitent et commencent à mettre les chrétiens dans une situation inconfortable. Certains analystes parlent même du retour des tensions entre catholiques et protestants.

  12 01 10 - Lettre ouverte du GTT International aux parlementaires et aux membres de la communauté internationale
"La HAT vient de porter  atteinte grave à la protection des droits des administrés qui ne peuvent plus recourir aux mesures de sursis face aux arbitraires des pouvoirs publics. Pire encore, cette Haute Autorité de la Transition a montré, en modifiant le régime du sursis à la veille de l'audience du Conseil d'Etat, que le régime juridique du système judiciaire n'est plus stable mais révisable à tout moment par un seul homme".

11 01 10 - Tribune - Edito - Ndimby A. - Démocratie bling-bling
Les raisons ne manquent pas pour mettre en doute la crédibilité et la bonne foi de la Haute autorité de la transition (HAT), lorsqu’elle affiche ses prétentions à porter le flambeau de la démocratie. La méfiance envers la HAT est donc le problème de taille qui pèse sur ces élections législatives, programmées unilatéralement par le camp Rajoelina pour le 20 mars. Il est pourtant dommage que ces élections ne puissent être programmées et se tenir dans une atmosphère sereine et apaisée. Car finalement, tout le monde veut donner la parole aux urnes.

 <> 10 01 10 - Blog d'Alain Rajaonarivony, journaliste - "Appel de Bagneux" : Un appel pour un peu d'espoir
La démarche volontariste de responsables politiques de la diaspora, venus de différents horizons, véhicule des valeurs positives comme la tolérance et le respect, absentes actuellement dans la confrontation politique à Madagascar. Ayant la chance d’habiter dans des pays démocratiques, ils savent qu’il est possible d’avoir de profondes divergences d’opinion tout en ayant un socle de valeurs communes : le respect de la vie humaine et des libertés fondamentales entre autres.

08 01 10 Imprisonment of Church Journalists in Madagascar - Pasteur Lala Rasendrahasina, Président de la FJKM
Lettre ouverte du président de la FJKM dénonçant les atteintes à la liberté d'expression sur la radio protestante Fahazavana, l'arrestation de journalistes et le comportement de la HAT à l'égard de la Fédération depuis le coup d'Etat du 17 mars 2009.Un appel est lancé aux organisations de défense des droits de l'homme.

08 0 10 - Les Nouvelles - Sortie de crise - Avis de Julien Radanoara Professeur de droit international public
S
’il fallait revenir aux accords de Maputo, il faudrait que deux autres articles soient ajoutés à l’Acte additionnel : le 1er porterait sur la conduite à tenir en cas d'absence d'une des mouvances et l'application de la loi majoritaire, le second sur les règles de partage de ministères. Organiser des élections peut aussi s’avérer une issue possible à condition que tout le monde soit associé, tant sur le plan interne qu'externe (communauté internationale)

08 01 10 - Le Courrier de Madagascar - Gouvernance : Des dérives et des lacunes ont encouragé la crise
Personne n'est sans savoir que la crise politique actuelle n'est pas indépendante des nombreux dérapages qui se sont accumulés en matière de gouvernance, notamment : la tentation des ressources naturelles et de l'aide sur le comportement des élites d'une part et d'autre part le manque de responsabilisation de la part des dirigeants politiques à cause de
mécanismes de prévention et de contrôle incomplets.Tout ceci a encouragé la concentration du pouvoir autour du chef de l'Etat.

 07 01 10 - Communiqué de l'Alliance des Organisations de la société civile  du 05 01 10 - traduction libre

07 01 10 - Tribune - Edito - Patrick A. - "Aux âmes, ctoyens"
La situation politique semble complètement crispée, si ce n’est bloquée. Les vagues de ressentiment qui ont déferlé en 2009 semblent avoir tout submergé, et chacun semble avoir choisi son camp. Pour une sortie de crise, l’ingrédient le plus difficile à trouver sera le minimum de confiance. Par contre, tous les autres ingrédients pour une sortie de crise sont là, mais dispersés et en filigrane. La communauté internationale arrivera-t-elle à rassembler tous ces ingrédients ?

07 01 10 - Tribune -  4ème réunion du GIC - Addis-Abeba - 6 janvier 2010 - Communiqué 

06 01 10 - Midi - Johary Ravaloson - Un appel à l'unité ne suffit pas pour sortir de la crise
"Il est de la responsabilité de toutes les parties en cause, malgaches comme étrangères, d’imposer un retour à la table de négociations et de rechercher un accord plus équilibré qui, cette fois-ci, devrait non pas distribuer des sièges ministériels mais réellement séparer les pouvoirs afin qu’ils puissent à la fois agir et se contrôler mutuellement entre eux". Tel est l'avis d'un expert en droit constitutionnel de l'université d'Antananarivo.

02 01 10 - L'Express - Chronique de Vanf - Voeux sceptiques
"Je ne crois donc pas à un accord politique miraculeux. Je ne crois pas à l’aboutissement des aspirations dites populaires. Je ne crois pas aux discours qui n’engagent que ceux, assez naïfs, pour y accorder crédit.Je ne crois plus à l’unité de l’armée malgache. Je ne crois pas en l’autorité morale des chefs du FFKM".
---------------------------
>> ARCHIVES Voir les mois précédents. Les revues de presse sont consultables depuis 2000.