SOMMAIRE DE LA REVUE DE PRESSE
Impasse dans la constitution du gouvernement de consensus, dont le principe avait été décidé à Addis-Abeba. Un Premier ministre de consensus sans ministres et des ministres non démissionnaires sans Premier ministre...
La crise politique
04/11/09: début laborieux des négociations. Marc Ravalomanana boude la 1ère
                  rencontre

06/11/09: vive tension au 3ème jour du Sommet. Andry Rajoelina claque la porte.
08/11/09: accord aux forceps entre mouvances sur le partage du pouvoir, une
                  troïka à la tête de la Transition
10/11/09: la France, premier pays à reconnaître officiellement le régime de
                  Transition

12/11/09: élection présidentielle avant le 26 juin 2010
14/11/09: guerre de tranchées pour la formation du gouvernement Mangalaza
18/11/09: de jeunes officiers revendiquent l’attribution des ministères de
                  souveraineté à la mouvance Rajoelina
20/11/09: les prisonniers politiques source de controverses, débats au sein de la
                  société civile sur la participation au CES
22/11/09: échec confirmé des pourparlers pour la constitution du
                  gouvernement
26/11/09: l’armée somme les mouvances de former rapidement un
                 gouvernement, le GIC convoque les mouvances
27/11/09: un Conseil des ministres atypique, sans Premier ministre et sans l’un
                  des 2 co-présidents
30/11/09: vers un « Maputo III » ?

Droits humains, gouvernance
Victimes du 7 février, mauvais traitements au Liban, vente d’enfants, examen du rapport de Madagascar sur les DESC, Parlement européen et droits de l’homme, UNICEF, IPC 2009

Actualité économique
Impacts économiques de la crise politique
Relations avec les bailleurs de fonds
Questions foncières, contrats miniers et pétroliers, environnement, ressources naturelles
Sécurité alimentaire – Relations avec le groupe Tiko
Divers
--------------
DOCUMENTS A TELECHARGER
          >> LIRE LA REVUE DE PRESSE pdf, 59 pages
               >>  Dessins de presse 1ère partie pdf, 8 pages
               >>  Dessins de presse 2ème partie pdf, 7 pages
               
>>  Photos d'actualité 1ère partie pdf, 3 pages
               >>  Photos d'actualité 2ème partie pdf, 4 pages
--------------
ARTICLES REMARQUES - NOVEMBRE 2009
Nous avons regroupé ici des articles et analyses que nous avons jugés intéressants.
Le losange
<> permet d'en signaler certains à votre particulière attention.
Le signe
 <>doc signale des documents que nous avons estimés intéressants pour suivre l'actualité.

29 11 09 - Blog Fijery - Ndimby A - Le canard et le navet
Et encore une semaine de plus sans Gouvernement depuis la signature de l’Acte additionnel d’Addis-Abeba. Comment expliquer ces retards et ces atermoiements dans la mise en place de ce Gouvernement ? Il faut se rendre à l’évidence. Faire le forcing avec la situation actuelle ne sera jamais viable à moyen ou long terme. Avec les têtes d’affiche issues du casting d’Addis- Abeba 2, le vrai film tarde à commencer, même si jusqu’à présent c’est bien à du cinéma que nous avons affaire. Nous devons donc nous contenter de la série des « Prochainement », mais ce que nos politicards nous servent en avant-première est bel et bien un navet, pour lequel le peuple sert de canard.

<> 11 2009 - Revue Etudes - Laurent d'Esru - Changement d'homme providentiel à Madagascar
Excellente analyse, très documentée de la revue des Jésuites sur les origines et le déroulement de la crise politique. A souligner le passage qui montre les orientations actuelles et les dissensions au sommet de l’Etat français dans la gestion des relations avec Madagascar.

28 11 09 - 24heures - Edito - 31 (ex)-ministres sans Premier ministre et un Premier ministre sans ministre
C’est la situation gouvernementale ubuesque de Madagascar, 3 semaines après l'Acte additionnel d'Addis-Abeba... Mais Ubu n’étant pas malgache. Habituellement, dans le monde entier et en particulier à Madagascar, l’existence d’un gouvernement donc de ses ministres est liée à celle de son Premier ministre. Un gouvernement est composé d’un Premier ministre et de ministres, nous avons ici des ministres amputés de leur Premier ministre et un Premier ministre sans aucun ministre sous ses ordres.

<> 27 11 09 - Tribune - Edito - Ndimby A. - Société incivile ?
Si cette crise 2009 a eu lieu et s’éternise, c’est parce que les acteurs nationaux de stabilisation et de médiation n’ont pas pu, su ou voulu jouer leur rôle. Force est de constater que doucement mais sûrement, la société civile malgache prend de plus en plus le chemin du mimétisme avec la classe politique. Plus personne ne peut décemment prétendre être absolument neutre. Par conséquent, aucun corps n’est homogène. Mettre tout dans le même sac en utilisant des termes génériques tels que la « société civile » est tout aussi impropre que de parler de « l’Eglise » ou de « l’Armée ». Car les divisions et les lignes de fracture existent, malgré les discours qui se veulent rassurants. Article remarquable.

<> 25 11 09 - Lettre ouverte au Président Andry Rajoelina et au Premier ministre Eugène Mangalaza
Des propositions novatrices pour sortir de l'impasse de la constitution du gouvernement d'union nationale.

 24 11 09 - SeFaFi - Communiqué - Rappel des vrais objectifs de la Transition
Après la difficile mise au point des accords de Maputo et d’Addis-Abeba, et leur application plus hésitante encore par ceux qui pourtant les ont signés, le moment est venu de concrétiser les objectifs que s’était donné le régime de transition pour justifier sa prise de pouvoir aux yeux de la nation et de la communauté internationale. Face aux dérives actuelles de la politique politicienne, il est indispensable de rappeler quelques-unes des priorités à mettre en œuvre d’urgence : amnistie et prisonniers politiques, Conseil Economique et Social, échéances électorales, éthique politique.

<> 24 11 09 - L'Express - Lalao Randriamampionona : "Les mouvances dénaturent le CES"
La présidente de la Plateforme nationale des organisations de la société civile rappelle la contribution de la société civile dans la résolution de la crise. Elle déplore l’opportunisme de certaines associations.Il existe deux sortes de société civile : une société civile qui travaille et puis, il y en a une autre qui ne se forme que lorsqu’il y a des intérêts particuliers à défendre.Il y des organisations qui ne naissent lorsqu’un financement est en vue, et disparaissent ensuite aussi vite qu’elles sont nées. Depuis qu’on parle de poste pour la société civile, après les accords de Maputo, beaucoup d’organisations ont vu le jour.

23 11 09 - Blog d'Alain Rajaonarivony - "Les mouvances ne mouvent plus"
Depuis les Accords du 6 novembre à Addis-Abeba, de deadline en deadline, le peuple attend la mise en place du gouvernement. Le dernier report date du 21 novembre. En deux semaines, les responsables politiques n’ont pas été capables de s’entendre et certains réclament de nouveau l’intervention de la communauté internationale. S’il n’y avait pas eu autant de souffrances et de morts, la vie politique que l’on nous sert depuis un an tiendrait du grand guignol. Le professeur Zafy a d’ailleurs de nouveau avoué sa honte pour le pays. On peut comprendre pourquoi 50 ans d’indépendance n'ont généré que l'appauvrissement d'une grande majorité. La notion «d’intérêt supérieur de la nation» n’a pas le même sens dans la Grande Ile que dans le reste du monde.

23 11 09 - Tribune - Edito - Patrick A. - "Ce n'est pas notre faute"
« Mbola tsy teraka ihany i Ambatobevohoka ». Et bien non, ce n’était pas encore pour Samedi. Mais promis, juré, c’est pour cette semaine nous assure-t-on, on aura enfin un gouvernement, plus exactement LE gouvernement et non pas un gouvernement de plus. Avec dit-on, une nouvelle rencontre de la bande des 4 à la clé, bien entendu à l’extérieur de Madagascar, évacuation sanitaire exige. L’expérience rendant dubitatif, on attendra cependant prudemment d’être fixé sur le principe, puis surtout sur le lieu et la date, les calendes malagasy étant presque aussi réputées que celles helléniques.L’ancien député Raharinaivo Andrianantoandro a pu bénéficier entretemps d’une liberté provisoire. La parturiente se contentera pour l’instant de cette délivrance là, en ruminant cependant sur le fait que comme cela fait un ministrable de plus dans la nature, cela ne simplifiera pas forcément son problème.

22 11 09 - Blog de Lova - Rakotomalala - Lettre Ouverte à Andry Rajoelina
"On comprend que la situation actuelle à Madagascar n’est pas des plus faciles à gérer. On comprend aussi que les circonstances actuelles ne dépendent pas uniquement de vous malgré le titre de Président de la Transition, obtenu à l’arraché lors des la nième édition des réunions à Addis-Abeba. Mais notre tolérance s’arrête là. Le pays est maintenant plongé dans une crise qui dure depuis presque un an. Les sacrifices requis aux malgaches au quotidien s’accentue de jour en jour [...].

 19 11 09 - CCOC - Communiqué - Pour un démarrage de la Transition consensuelle dans un esprit cohérent (et) responsable
Le démarrage de la Transition consensuelle semble chaotique au vu de certains des acteurs politiques qui ne semblent pas comprendre l’ampleur de l’engagement qu’ils ont pris à Addis-Abeba. La première condition de réussite d’une transition consensuelle et inclusive qui est plurielle par essence, est, pour les responsables désignés, de l’aborder en ayant avant tout à l’esprit l’intérêt supérieur de la Nation, en se gardant de mettre en exergue ce qui peut diviser, mais au contraire en recherchant ce qui rassemble, laissant de côté les ambitions personnelles, les arrières pensées et les calculs politiques, afin que la population ait la vision d’une équipe cohérente et soudée et donc capable de gagner dans la bataille pour la relance économique et sociale et le retour à l’ordre constitutionnel. La recherche de l’intérêt supérieur de la Nation ne saurait s’accommoder d’une guerre de préséance ou d’une bataille autour des avantages personnels ou des avantages politiques ou financiers présumés que pourraient procurer le contrôle de tel ou tel ministère.

19 11 09 - Tribune - Tribune libre - Ndimby A. - Conspiration chronique
Le fameux Gouvernement de transition issu des Accords d’Addis-Abeba n’est toujours pas sur les rails, deux semaines après la fin de la réunion dans la capitale Ethiopienne. Dès que l’ombre du Président Chissano s’éloigne, les politiciens malgaches se retrouvent entre eux, en proie à leurs vieux et peu glorieux démons. À qui est la faute de ce blocage ? Nous ne sommes donc pas encore entrés dans la phase de sortie de crise. La porte n’est pas la route.

<> 17 11 09 - L'Express - Emmanuel Rakotovahiny : "On se bat pour des sièges"
Le co-président du Conseil présidentiel sort de ses gonds. Il condamne l’attitude des politiciens incapables de s'entendre dans la formation du gouvernement. Interview d'un homme resté jusqu'ici en retrait.

16 11 09 - Tribune - Tribune libre - G. Rabehevitra - L'amnistie  et l'oubli
Réflexions sur l'amnistie, priorité du nouveau président du Congrès de la Transition. Mamy Rakotoarivelo est placé à la tête d'une assemblée de politiciens non élus (et donc sans avoir de comptes à rendre aux citoyens), qui vont discuter ensemble, et uniquement entre eux, de la manière de se blanchir de leurs fautes du passé. Normalement et juridiquement, l’amnistie vient après un procès et une condamnation. Il vont s'absoudre. Absoudre relève de la morale ou du sentiment mais certainement pas du Droit. Le peuple a droit de savoir ce qui s’est passé car il est la première victime des gabegies en tous genres. Or l’amnistie avant toute procédure équivaut à gommer et à oublier ce qui s’est passé. Les politiques mélanges fautes politiques et fautes pénales.

16 11 09 - Tribune - Tribune libre - Ndimby A. - Le retour de Bwana ?
Réflexions sur l'attitude déterminante de la France durant toute la crise politique.Depuis le début de cette crise 2009,  il y a toute une chaîne de questions troublantes qui restent sans réponse au sujet du rôle de la France.Toutefois, pointer du doigt les manigances de la politique africaine de la France n’est pas une excuse pour que nous nous dédouanions de nos responsabilités. Il serait trop facile de rechercher chez l’autre la source de ses propres turpitudes, même si le Malgache aime rechercher un bouc émissaire.

Article particulièrement remarquable :
<>doc 15 11 2009 Pamabazuka news Éradiquer la faim en Afrique Raj Patel, Eric Holt-Giménez & Annia Shattuck
La révolution verte se réinstalle en Afrique à partir d’une analyse erronée qui veut que le déficit des productions agricoles et la crise alimentaire soient la conséquence d’un déficit de maîtrise technologique et scientifique dans le domaine agricole. Dès lors reviennent les mêmes approches productivistes, portées par l’Alliance pour la Révolution Verte (AGRA), avec des effets désastreux prévisibles qu’analysent Raj Patel, Eric Holt-Giménez et Annie Shattuck. Avec cette conclusion qu’ils tirent, pour regretter «qu'une seule fondation ait le pouvoir de plier le reste du monde à son programme erroné».

14 11 09 - Blog de Sammy Rasolo - Les outres vides s'enflent du vent
Malgré les formules souples et fourre-tout, interprétables et interprétées dans tous les sens, la classe politique n'est toujours pas arrivée à s'entendre sur la composition du gouvernement de la Transition. Ni même sur les lieux où s'établiront les deux co-présidents. Habitués à manipuler, à tricher, certains remettent sans cesse en cause le minimum, que l'on croyait acquis même sans être mentionné dans les textes.

13 11 09 - La Vérité - Rolly Mercia - Marc Ravalomanana accusé de "complicité d'assassinat"
Selon ce quotiiden "TGViste", le Doyen des juges d’instruction a récemment lancé un mandat d’arrêt contre Marc Ravalomanana. Depuis juin, une enquête a été officiellement ouverte, suite à la plainte pénale déposée par l’association AV7 qui estime qu’il y a eu au minimum 72 morts et des centaines de blessés. Marc Ravalomanana a dernièrement fait valoir que les tireurs étaient perchés dans les arbres du jardin d’Antaninarenina et qu’ils étaient issus de la foule de manifestants.

13 11 09 - L'Express - Humeur - Sylvain Ranjalahy - La grande graderie
L'armée malgache compte des étoiles en plus. La récente promotion de généraux, à la veille du Sommet d'Addis-Abéba, récompense ceux qui ont pris la voie de la mutinerie. Andry Rajoelina n'a fait que poursuivre dans la voie de ses prédécesseurs, en accordant des promotions plus politiques que techniques.Le nombre d'officiers généraux ou supérieurs augmente d'une façon directement proportionnelle à l'indice de pauvreté. Et les grades sont de plus en plus élevés...

12 11 09 - Blog Fijery - Ndimby A. - Maison de tolérance...
Passer d’un gouvernement de facto à un gouvernement démocratique ; passer d’une mise à l’écart du concert des Nations à une place comme membre à part entière de la communauté internationale ; passer d’un Président de la transition subi à un Président de la République élu. Voilà quelques objectifs qui montrent le chemin qui reste à parcourir, manière de dire qu’on n’y est pas encore. Car la porte entre la situation actuellement endurée au nom du retour à la paix civile, et celle qui est envisagée vers la fin de l’année 2010 s’appelle « élections ».

11 11 09 - Sobika - 4x4, costume-cravate et protocole
La principale motivation à faire de la politique est de passer du camp des frustrés au camp des privilégiés. Pendant que les mouvances fourbissent leurs armes pour la constitution du prochain gouvernement, posons nous la question de la génération bling-bling où cette fascination toute malagasy pour le paraitre. Madagascar est le 9éme pays le plus pauvre du monde et cela se voit. Pauvreté matérielle et misère intellectuelle caractérisent les pays les plus pauvres. Un des signes de cette pauvreté est le gout affirmé pour le paraitre, le protocole et le bling-bling.

<> 10 11 09 - Nations Unies - Le Comité des Droits Economiques, Sociaux et Culturels  examine le rapport de Madagascar

09 11 09 - L'Express - Expression - Lova Rabary-Rakotondravony - Conflit de compétence
L’acte additionnel de la Charte de la Transition à peine signé, les propagandistes de chaque camp se sont précipités pour communiquer à l’opinion et à leurs partisans respectifs leur propre version de l’interprétation de l’accord d’Addis-Abeba. Mais l’acte additionnel d’Addis-Abeba de la Charte de la Transition a pris soin de préciser que « les institutions représentées par les membres de l’Equipe conjointe de médiation sont garantes de l’application effective des accords. Les institutions représentées dans le mécanisme de suivi prendront les dispositions utiles pour évaluer la mise en oeuvre des accords et gérer les éventuels différends ». Les médiateurs internationaux risquent encore d'avoir à intervenir...

09 11 09 - Tribune - Tribune libre -  Rahehevitra - Après des mois de jeu de cirque, quelques suggestions
8 suggestions pour la réussite de la Transtion issue de l'accord d'Addsi-Abeba. Mais l'auteur ne se fait guère d'illusion : je prêche dans le vide car ces messieurs dames ont déjà d’autres idées en tête au nom de l’intérêt supérieur personnel. Pour la Nation, on verra après. Je propose aussi à tout ce beau monde de se regarder dans la glace et de se poser des questions sur leur cirque qui a duré des mois.

09 11 09 - Tribune - Tribune libre - Ndimby A. - Transition : laza zao - Je m'en vais
Un accord a donc finalement été signé à Addis-Abeba pour amorcer la sortie de cette crise, qui commence à nous fatiguer depuis presque un an. Cela ne peut être qu’une bonne nouvelle pour ce pays à l’économie exsangue, et qui a (pour le moment) échappé à divers spectres qui s’agitaient derrière la porte : failed state, rogue state, voire guerre civile. Ne faisons pas la fine bouche : l’Accord d’Addis-Abeba place quand même le pays dans le meilleur contexte pour une sortie de crise, depuis qu’elle a débuté en Janvier. Mais comme l’expérience vaut science, on devra retenir les leçons de cette crise 2009.

 08 11 09 - Sobika - Communiqué - Accord d'Addis-Abeba du 6 novembre 2009

 07 11 09 - CCOC - Communiqué sur la solution de sortie de crise signée à Addis-Abeba

06 11 07 - Blog de Sammy Rasolo - Accord d'Addis-Abeba : TGV encadré par deux co-présidents perd beaucoup de pouvoirs
Finalement, c'est la présidence collégiale qui est retenue. La Transition aura trois présidents: Fetison Rakoto Andrianirina, Emmanuel Rakotovahiny et Andry Rajoelina. Ou plutôt, Andry Rajoelina est président mais il sera encadré (c'est vraiment le mot qui convient) par des co-présidents. Sur le plan protocolaire, il est légèrement au-dessus des co-présidents mais au niveau de ses pouvoirs, il n'en a pratiquement pas plus que les deux autres.

05 11 09 - Tribune - Edito - Ndimby A - L'Addis de der ?
Au Nord-Ouest, rien de nouveau. Après deux jours de réunion, il n’y a rien à signaler du côté d’Addis-Abeba. Vous remplacez Maputo par Addis-Abeba et vous obtenez un texte dont la pertinence semble être encore et toujours d’actualité. Car sur le principe de la continuation des discussions entre les quatre leaders politiques, Maputo 3 a bel et bien eu lieu, mais a juste été déplacé géographiquement.Les politiciens malgaches ne sentent pas encore que le pays est au fond du gouffre et pensent qu’il y a encore de la marge pour le marchandage. Or tant qu’ils auront ce sentiment, ils vont continuer le processus d’escalade, et ce jusqu’à ce qu’il y ait un vainqueur qui s’impose, par conviction ou par K.O. On ne sait trop quel sera l’indicateur qu’ils attendent pour se décider à ENFIN discuter sérieusement : les sanctions internationales, la guerre civile, ou les 100.000 employés du textile qui risquent de se retrouver dans la rue si l’AGOA n’est pas reconduit ?

04 11 09 - Blog de Sammy Rasolo - Raymond Ranjeva : consensus possible si...
Le compromis proposé par Marc Ravolomanana dans la nuit du 3 au 4 novembre à Addis-abeba : la présidence de la Transition par sa mouvance ou une personnalité neutre en contrepartie de la confirmation du vice-président et du Premier ministre. Il propose Manandafy Rakotonirina comme président de la Transition. A défaut de consensus sur cette proposition, Ravolomanana suggère une personnalité neutre, le professeur Raymond Ranjeva, « pour ses capacités et ses expériences en matière de droit et de relations internationales »

03 11 09 - Tribune - Edito - Patrick A. - Un point sur la courbe
Qu'y a-t-il eu comme évolution entre la 1ère rencontre d'Addis-Abeba fin avril et la rencontre de la dernière chance qui se tient à nouveau dans la capitale éthiopienne ? En apparence, rien n’a fondamentalement changé dans les attitudes et déclarations.Mais fin avril, Manandafy Rakotonirina était la figure de proue de l’opposition à Andry Rajoelina, dont l’allié le plus encombrant était le commandant Charles Andrianasoavina. En ce début novembre, c’est Monja Roindefo qui tente de cumuler ces deux rôles. La théorie de la courbe en J dit qu’il faut assister à une dégradation de la situation avant que les acteurs ne prennent conscience des choses, ne réagissent et que les choses s’améliorent. Reste à savoir où nous en sommes réellement aujourd’hui...

03 11 09 - L'Express - André Rasolo - GESCI - Une alliance solide pour la Transition
Le professeur de sociologie politique, membre du Groupement des Entités de la Société Civile pour la défense de la démocratie et des valeurs républicaines, souhaite que les mouvances Rajoelina, Zafy et Ratsiraka forment un bloc contre Marc Ravalomanana. Pour lui, c’est la seule condition de réussite de la Transition.

01 11 09 - Jeune Afrique n°2547 - Madagascar - nouvelle offre sur la terre - Affaire Varun
Après l'industriel coréen Daewoo, les Indiens du groupe Varun convoitent des parcelles de terres arables pour priuire du riz au travers de contrats de fermage qui semblent plus génrateurs de pauvrerté que de revenus. le Collectif de Défense des terres malgaches a demandé au gouvenement d'annuler immédiatement les transactions.

01 11 09 - Sobika - Interview de Monja Roindefo
"Le ticket Rajoelina Roindefo a été déchiré parce que mon compagnon de lutte n’a pas pu supporter les pressions et les surenchères "

01 11 09 - Blog d'Alain Rajaonarivony - Il manque tout, et plus encore le sens de l'honneur
Le sens de l’honneur indissociable de la fidélité à ses principes n’est pas une valeur en vogue à Madagascar. L’intérêt particulier prime toujours sur celui de la nation pour des politiciens prêts à se retourner autant de fois que nécessaire pour se maintenir. Cette incapacité à avoir une vision d’homme d’Etat qui pense d’abord aux générations futures avant ses avantages immédiats les a empêchés d’initier le moindre dialogue pour sortir de la crise.
---------------------------
>> ARCHIVES. Les revues de presse sont consultables depuis 2003.
---------------------------